/misc
Navigation

Tasse toi mononcle!

Coup d'oeil sur cet article

Dès mon premier billet sur ce site, un internaute commentait si l’on peut employer l'expression, en me traitant de féminazie. Cela ne m’ébranle pas outre-mesure. J’ai vu neiger. J'ai bien observé la façon dont pleuvent les insultes et les suspicions sur les femmes qui prennent la parole pour constater les comportements répréhensibles de certains hommes dans tous les secteurs de la société. Les féministes de ma génération sont habituées qu’on essaie de les disqualifier elles et leurs propos en les traitant d‘enragées, d’hystériques, d’agressives, de frustrées, de castratrices, de mal baisées voire de laideronnes pas baisables pantoute.

Je nous ai vues féministes de cœur et d’esprit avoir à faire des professions de foi. «Bien sûr, que nous aimons les hommes ! Nous avons même des amoureux, des maris qui partagent nos idées. Oui, le féminisme est un humanisme, il n’est pas dirigé contre les hommes mais vise l’égalité, la libération des chaînes intimes et sociales qui accablent les deux sexes.» Et patati et patata... Propos justes mais pour le moins lubrifiants. Parce que nous sentions l’énorme résistance. Sans renier ni nos convictions ni nos idéaux, beaucoup d’entre nous, se sont fatiguées au combat, puis tranquillement démobilisées socialement. Ces dernières années en regard de la dévalorisation de l’image des femmes en Occident et du recul de la condition féminine ailleurs dans le monde, certaines ont repris leurs bâtons de pèlerines.

Il y a toujours de braves paternalistes pour ressasser les mêmes poncifs et mettre en exergue les phénoménales avancées des femmes. Droit de vote, accession à des postes de haut niveau, voire à la tête des états, participation accrue des hommes aux tâches familiales, etc... Rajoutant même que le Québec est certainement l’endroit au monde où les femmes ont pris le mieux leur place. Bref, un vieux fond de misogynie sévit encore dans beaucoup de milieux. Même chez certains hommes que l’on croirait raisonnablement éduqués.

Voilà pourquoi, la semaine dernière, j'ai été agréablement surprise de la réponse en forme de fuck you, de plus jeunes journalistes au texte d’un gars de ma génération qui se plaignait de la prolifération d’articles féministes casse-couilles dans l’organe de presse où il travaille de même que sur d'autres plates-formes. Il en profitait pour exhorter celles qui écrivent à produire plutôt des textes au sujet d’hommes qu’elles admirent, qui les inspirent, qui les émeuvent, qui les séduisent plutôt que des textes revanchards. «Des féministes qui aiment les hommes, il n'y en aura jamais trop» et « Vous voulez qu’on vous aime? Soyez aimables. » concluait-il. Ça ne s’invente pas !

La résolution de ces jeunes journalistes et blogueuses à n’être ni intimidées, ni déroutées par les errements du bonhomme. Leur franche colère exprimée sans détours en autant de mots. Cela m’a semblé un véritable progrès!

26 commentaire(s)

anne sophie dit :
17 février 2014 à 15 h 09 min

Nous sommes en 2014, pas en 1960.

Denis Mercier dit :
17 février 2014 à 15 h 23 min

"au texte d’un gars de ma génération qui se plaignait de la prolifération d’articles féministes casse-couilles dans l’organe de presse où il travaille de même que sur d’autres plates-formes."

Ça doit être un excellent article ma tante, vous devriez mettre les liens qu'on puisse se faire une idée par nous-mêmes plutôt que de nous rapporter vos sentiments à la lecture de cet article et de ses réactions.

Normand Larivière dit :
17 février 2014 à 15 h 49 min

Je crois qu'il y a chez-vous une attitude qui irrite bien des gens . Sans doute votre ton parfois agressif et très revendicateur en est la cause. Pour ma part, il m'est possible de supporter une personne comme vous véhiculant les opinions qui sont les vôtres. Mais si l'ensemble des femmes se comportait comme vous le faites, j'ai bien peur qu'il en serait fini des relations amoureuses homme-femme et de la bonne harmonie entre les sexes. Mais les choses étant ce quelles sont, vous êtes une femme de conviction dont les points de vue ont leur utilité. Autrement dit, vous parlez au nom de celles qui ne le peuvent pas.

francois dit :
17 février 2014 à 16 h 26 min

mes salutations Mme Saint-Germain,bienvenue dans ce blogue,il faut reconnaitre que les hommes ne sont pas tous comme celui qui a pu vous faire perdre votre sourire je suis heureux de vous lire ,je sais que vous avez beaucoup d'expérience et que vos commentaires sont réfléchis et toujours pertinents espérant lire vos autres articles avec votre pertinence habituelle amicalement vôtre François

Philippe Landry dit :
17 février 2014 à 17 h 00 min

On dirait qu'une partie du Québec s'enfonce tranquillement dans une espèce de mentalité réactionnaire où l'insulte tient lieu d'argument, le préjugé d'idéologie. Dans certaines régions du Québec, le phénomène devient carrément alarmant: intimidation d'individus sur les ondes publiques, dénigrement basé sur le groupe social ou politique, agressions physique (ex: contre des cyclistes, des BS, des autobus, des militants...) Jusqu'à certains élus de droite qui profèrent insultes et vulgarités à l'égard de politiciens d'autres allégeance, et ce en pleine assemblé nationale du Québec (ou commission parlementaire)! En ce sens, des médias comme celui-ci sont en parti responsable de la situation car ils tolèrent de tels propos de la part de chroniqueurs et blogueurs frustrés, souvent sous le couvert de l'anonymat. Tout débat peut se tenir dans le respect mutuel. Les insultes et préjugés devraient être bannis de toute tribune publique. Il est impératif d'instaurer une politique de modération dans tous les médias Québécois et cela ne remet aucunement en question la liberté d'expression. Félicitation pour cet article qui met le doigt sur un problème récent, certes, mais bien réel.

weziwezo dit :
17 février 2014 à 17 h 01 min

Il n'y aura jamais assez de féministes engagées pour défendre les droits des femmes et de l'égalité des sexes dans nos sociétés démocratiques . Des droits durement acquis . Il faudra être encore plus actifs devant la montée de l'intégrisme et du retour de la religion par la porte d'en arrière . Des acquis qui peuvent se perdre très rapidement si on n'y prend pas garde . Je suis bien content de pouvoir vous lire , après vous avoir suivi à la télévision . Je pense que l'émission était : Les copines d'abord , si ma mémoire est bonne .

GBSSVP dit :
17 février 2014 à 18 h 31 min

Le titre est invoquateur, mais n'aurait-il pas mieux valu dire: "Tasse toi ma tante" ??? Mais bon (mis à part le fait que ces commentaires vous passent sur le dos comme l'eau sur le dos d'un canard) on n'y apprends pas grand chose, je dois admettre que vous faites bien.

Bien que l'exercice est louable, j'aurais préféré une opinion sur un sujet plus intéressant que sur les jugements sévères, mesquins et machos que font certains sur vos articles.

Ça ne sert à rien de vous défendre, les gens avec ce genre d'opinions ne sont pas prêts, malheureusement, de les changer.

Bref, une perte de temps pour les lecteurs, mais je présume, un petit baume sur votre droit, justifier, de le mentionner.

Comme on l'entendais souvent autrefois sur les lignes ouvertes à la radio: "Félicitations pour votre beau programme !" Continuez à écrire et laissez de côté ces critiques inutiles, il y en aura toujours, même si vous êtes à 100 % du même "bord" que ceux qui les font.

PS En passant, oui, je suis un homme ;-) Bises

Jacques Lambert dit :
17 février 2014 à 18 h 34 min

J'aurais apprécié la référence ou le lien vers l'article que vous mentionnez : "un gars de ma génération qui se plaignait de la prolifération d’articles féministes casse-couilles dans l’organe de presse où il travaille..."

le nationaliste dit :
17 février 2014 à 20 h 40 min

Je trouve ce texte hautement lourd et profondément ennuyant.

Michel dit :
17 février 2014 à 21 h 36 min

L'article en question est écrit par Pascal Henrard, sur urbania.ca

Charla dit :
17 février 2014 à 21 h 51 min

Voici l'article en question https://urbania.ca/blog/4830/y-a-t-il-trop-de-feministes-dans-urbania

Et la réponse, au-dit article https://urbania.ca/blog/4837/on-est-feministes-deal-avec

Pierrick dit :
17 février 2014 à 22 h 07 min

Dire que les femmes ont pris la place qui leur revenaient au Québec, c'est misogyne ? C'est un peu comme dire que critiquer Israël est tout de suite antisémite, il s'agit d'une association d'idées malhonnête.

J.D. dit :
17 février 2014 à 22 h 25 min

Félicitations!

Serge de laval dit :
18 février 2014 à 0 h 49 min

L' art de provoquer des débats et de s'en plaindre par la suite. Faute de combat on s' en invente. Vous récoltez ce que vous semez c'est-à-dire de la haine. Vous utilisez un cas particulier pour ensuite généraliser. On ne peut appeler ça de l'hypocrisie puisque vous êtes facile à décoder. J'appelle ça plutôt de la malhonnêteté intellectuelle. La nouvelle génération ne vous suit pas et c'est très bien ainsi. Ces éternelles victimes qui préfèrent trouver un coupable à tous leurs maux plutôt que de se prendre en main...

Etienne Denis dit :
18 février 2014 à 5 h 45 min

Une partie de la réaction négative vient d'hommes frustrés et misogynes.

Une autre partie de la réaction vient de l'impression diffuse que l'auteure est plus « contre les hommes » que « pour l'égalité »... La seule violence familiale dont elle parle est celle faite par les hommes, et elle explique 100% de cette violence par une certaine conception des relations homme-femmes.

Évidemment, cette explication "mur à mur" ne tiendrait plus la route si elle rappelait qu'environ un quart (approximativement) de la violence familiale physique est faite par des femmes, et probablement beaucoup plus pour la violence psychologique (qu'on considère très grave quand ce sont des femmes qui en sont victimes). Mais elle n'est parle pas, sous prétexte que cette violence est minoritaire.

On se retrouve donc dans une situation où un homme qui tue ses enfants est un monstre (exemple : Guy Turcotte), alors qu'une femme qui tue ses enfants est victime de la maladie mentale (exemple : Sonia Blanchette, accusée d'avoir noyé ses enfants à Drummondville en 2012).

Deux poids, deux mesures, peut-être?

Jacques Lambert dit :
18 février 2014 à 6 h 18 min

"Y a-t-il trop de féministes dans Urbania?", Pascal Henrard dans Urbania, 12 février. Voilà.

jrnelson dit :
18 février 2014 à 6 h 59 min

j'ai 62ans et je considere que le féministe est souvent associée a de la frustration due a un échec personnelle ou professionnelle dont certaines femmes sont incapables d'assumées sauf en mettant cela sur le dos des" maudits "hommes.Chez moi c'est ma mere qui était le boss et personne n'en est ressorti frustré. Contrairement a ce vous pensez le féministe a tres peu avoir avec l'amélioration de la condition féminine.Auparavant la force physique était essentielle pour la survie et avec l'évolution de la technologie, celle-ci est devenue moins nécessaire d'ou" l'invasion des femmes" dans des taches autrefois inaccessible.La technologie a permis aux femmes de controler les naissances,de diminuer le temps requis aux travaux ménagers etc etc .La technologie est la principale raison pour" l'évolution " de la femme.La 2E raison est l'évolution du marché du travail.Juste au Québec si l'on compare le nombre d'emplois disponible en 70 versus aujourd'hui,il y en a 1.5 millions de plus.Jamais les hommes n'auraient pus combler tous ces postes,d'ou l'entrée massive de celles-ci dans le marché du travail.La 3e raison,et celle-ci va vous faire crier,c'est l'évolution de l'homme occidentale.JAMAIS la femme occidentale n'aurait pu atteindre le niveau actuel sans l'accord de l'homme.Regardez les pays ,IRAN ARABIE etcetc,meme s'il y a ou avait des féministes jamais elles ne pourraient accéder a quoique ce soit parce que les hommes sont arrierés.En occident la femme a toujours eu une influence majeure mais informelle.Le pouvoir a 2 visages.Le formel,celui que l'on voit,l'homme a toujours été en avant,L'informel,le pouvoir caché,les lobbys,les femmes de dirigeantsetc.Ce pouvoir est souvent plus puissant que le formel et est moins sujet a la critique.Le femme a toujours eue un pouvoir informel,donc non sujet a la critique,maintenant elle a un pouvoir formel,donc sujet a la critique ce qu'elle n'apprécie pas et a de la difficulté a accepter.

Pierre Chiasson dit :
18 février 2014 à 8 h 18 min

C'est vrai que vous avez une grosse face a claque! (dans le bon sens) C'est certain qu'a chaque fois que certains ou certaines prennent la parole, eh ben, que ca ne plait pas a d'autres. Vous avez la couenne dure. Bonne journee.

mansour dit :
18 février 2014 à 9 h 00 min

J’aurais apprécié la référence ou le lien vers l’article que vous mentionnez, car la, je ne constate que du chialage. vous voulez blogué, parfait, mais ce nouveau genre inclue la critique populaire.

marie-claude lortie de la presse à du cessé de vomir publiquement sur les hommes, les honnêtes pères de familles qu'elle descendait dans ces chroniques parce que ceux-ci pratiquait la chasse. c'est la première fois que je vous lis, ce n'est pas une réusite, j espère que vous avez mieux à proposer.

ce nouveau genre de média permet a ceux qui se sente lèsé par des écris partisant d enfin répliquer. alors, adaptez vous ou...

Korut Zelva dit :
18 février 2014 à 9 h 40 min

'Rajoutant même que le Québec est certainement l’endroit au monde où les femmes ont pris le mieux leur place. Bref, un vieux fond de misogynie sévit encore dans beaucoup de milieux.'

Je sais pas sur quelle planète féministe-intégriste il faut vivre pour réellement croire que le Québec est à la traîne par rapport au restant de la planète en terme de 'femmes qui prennent leur place'. Accuser de mysoginie pathologique quiquonque ose croire le contraire: de l'aveuglement ou de la mauvaise foi de classe mondiale.

J'ai donné une chance à la coureuse, mais bon il semble ce blogue ne fera pas parti de ma liste de lecture.

Christine B. dit :
18 février 2014 à 10 h 01 min

Hey qu'on en a marre des mononcles frustrés, laids et mal baisés! On n'a pas de temps à perdre en lubrifications du discours; nous préférons laisser les dinosaures derrière parce qu'ils ne valent pas toute cette dépense d'énergie. Nous les abandonnons pour mieux travailler à changer les choses avec ceux et celles qui catchent. Nous sommes plus nombreux, plus beaux, plus dynamiques, et ben plus cool. ;o)

Et si vous êtes un vieux mononcle repenti, que vous voulez joindre le mouvement, que vous comprenez qu'un train passe sans que vous soyez dedans, vous êtes mieux d'être très, très aimable!

- Jeune féministe

Magalie dit :
18 février 2014 à 11 h 49 min

Merci Mme Saint-Germain. Je trouve incroyable le nombre de commentaires colériques et misogynes sur le web - j'ai lu une femme se faire traiter de féminazie pour simplement avoir exprimée une opinion avec laquelle la personne était en désaccord (alors que le sujet n'avait aucun lien avec le féminisme). Sur les réseaux anglophones, des femmes ont reçu des menaces de viol pour avoir dénoncer le sexisme. Je sens une réelle peur chez certains hommes de voir les femmes prendre de plus en plus de place (alors que ce sont encore eux qui dominent le monde de la politique, des médias, etc. - de quoi ont-ils peur?), questionner publiquement le manque de visibilité des femmes dans certaines sphères et énoncer les difficultés auxquelles elles font face, aborder le sujet l'objectification sexuelle des femmes qui est omniprésentes. Ces sujets devraient restés tabous selon eux ou ils les considèrent comme une attaque envers les hommes (une attaque contre leurs privilèges auxquels ils ne veulent pas renoncer peut-être?). Bien contente de vous lire!

Renée Morin dit :
18 février 2014 à 14 h 00 min

Bravo Madame,,,,,vous et moi avons vécu la période où il fallait avoir un appendice entre les jambes pour avoir accès au promotion, Je vous lève mon chapeau,,,,continuez ! Les jeunes femmes d'aujourd'hui ne savent pas à quel point,,,,,nous avons battu le chemin. Bonne journée !

Esther dit :
18 février 2014 à 15 h 54 min

Je vous invite à lire le texte suivant qui exprime tellement bien la vision du nouveau féminisme qui inclu les hommes et parle plutôt d'égalité: https://hommesimple.fr/femmes-aiment-hommes-nouveaux/

Yogita dit :
19 février 2014 à 12 h 28 min

Incroyable de lire encore des remarques aussi méprisantes et discréditantes à l'égard de la femme. C'est le signe qu'il faut persister et signer des chroniques comme la vôtre, Madame Saint-Germain. La peur les gruge - la peur, cette mauvaise conseillère... Certains hommes ont un réel besoin d'aller se faire traiter avant que l'inévitable se produise. On a des exemples frappants depuis quelques semaines ; ils pourraient bien s'en mordre les doigts pendant une couple de décennies...

alain maronani dit :
19 février 2014 à 19 h 14 min

Propos....lubrifiants.

Voila qui ferait lever l'oreille d'un psychanalyste...

Vos lunettes sont atroces.