/misc
Navigation

Nos auteurs

Nicolas LachanceSteve TremblayStéphane MartineauSteeve MonnièrePierre-Olivier CorbinGabriel Talbot-LachanceFrançois JeanÉtienne RichardDidier OuelletAntoine Corbin

Survol de la série Castlevania

Coup d'oeil sur cet article

Pour souligner la sortie de Castlevania : Lords of Shadow 2, je vous propose aujourd’hui un court survol de la série Castlevania qui, sans avoir révolutionné le monde du jeu vidéo, demeure tout de même l’une des séries incontournables du milieu.

Un peu d’histoire

Castlevania est apparu en 1986 pour la console NES de Nintendo. Konami désirait alors créer un concurrent à Super Mario Bros. destiné à un public plus adulte et posséder sa propre franchise de jeux de plateformes basée sur l’univers des films d’horreurs classiques tels Dracula, la Momie et Frankenstein.

Konami a réussi en partie à rejoindre son objectif. Bien que Castlevania fût un succès commercial, le jeu n’approchera jamais le succès de Super Mario Bros. La musique, la qualité graphique et l’atmosphère furent soulignées mais la difficulté très élevée était pointée du doigt comme cause de l'insuccès du jeu.

Dans ce premier jeu, on retrouvait déjà les éléments principaux de l’ADN des meilleurs opus de la série Castlevania. De bons environnements visuels, une excellente trame sonore, une ambiance de vieux film d’horreur et une difficulté plus élevée que la moyenne.

Avec la sortie de Lords of Shadow 2, Castlevania aura à son nom pas moins de 32 déclinaisons dans sa série principale réparties sur plus de 10 consoles.

L’impact d’un château hanté

Contrairement à d’autres jeux vidéo qui sont passés à l’histoire, Castlevania n’est pas reconnu pour son innovation. En fait, la plupart des jeux de la série ont adapté à tour de rôle des concepts provenant de franchises externes et les ont transposés dans l’univers de Castlevania.

Toutefois, c’est ce fameux univers, un étrange mélange de films d’horreur, de jeux de plateformes, d’exploration et d’action qui est la force de la série et qui fait que certains fans tels que moi-même redécouvrent cet univers à chaque fois qu’un nouveau jeu est annoncé.

Malgré tout, la série a tout de même apporté quelques contributions à l’univers du jeu vidéo. Tout d’abord, on lui doit la popularisation d’un style de jeu appelé Metroidvania, nom combiné des deux séries qui ont développé le style où l'on explore un grand environnement grâce à une carte et où de nouveaux objets nous donnent accès à de nouveaux endroits à explorer.

La seconde contribution est plus subtile mais pour moi beaucoup plus importante. Castlevania est la preuve que l’ambiance peut à elle seule permettre à un jeu d’être un succès ou un échec. Quelques concepteurs ont avoué avoir cité Castlevania en exemple afin de justifier l’effort mis au niveau des graphiques et de la musique dans leurs propres jeux.

Lords of Shadow, retour aux sources

Avec les années, l’univers de Castlevania est devenu un fouillis. Ce qui a commencé avec un duel entre un aventurier nommé Simon Belmon et Dracula est devenu un univers complexe incluant un nombre impressionnant d’ennemis et d’alliés, le tout se déroulant sur plusieurs siècles.

Avec la trilogie de Lords of Shadow, Konami a décidé de remettre les pendules à zéro et de repartir du bon pied. Les noms des protagonistes sont les mêmes mais les événements sont complètement différents.  La trilogie vise à relancer la franchise pour une nouvelle génération de joueurs et tente de se moderniser dans le même souffle. Comme beaucoup de jeux dans la série Castlevania, votre appréciation du nouveau départ dépend de votre intérêt pour l’ambiance particulière.

Quoiqu’il en soit, si vous n'avez jamais mis les mains sur une copie de Castlevania, je vous recommande fortement de trouver le premier Lords of Shadow et de vous faire une opinion avec ce dernier.

Sur ce, je vous souhaite bien du plaisir à détruire des hordes de monstres.