/investigations/techno
Navigation
Bordel informatique | UQÀM

Encore des contrats de l’UQAM destinés uniquement à Cisco

UQAM
Photo d'Archives L’UQAM rehausse son réseau de télécommunication en s’ouvrant à la concurrence. Mais pas avant que deux contrats soient octroyés à Cisco.

Coup d'oeil sur cet article

L’UQAM vient d’accorder un contrat sans appel d’offres pour des produits informatiques de marque Cisco, et ce, quelques mois après que le gouvernement eut demandé à l’UQAM d’annuler un appel d’offres controversé parce qu’il visait justement des produits exclusivement de cette même marque.

L’UQAM vient d’accorder un contrat sans appel d’offres pour des produits informatiques de marque Cisco, et ce, quelques mois après que le gouvernement eut demandé à l’UQAM d’annuler un appel d’offres controversé parce qu’il visait justement des produits exclusivement de cette même marque.

C’est après un reportage de notre Bureau d’enquête durant l’été que l’UQAM avait finalement annulé son appel d’offres, avec la pression du ministère de l’Enseignement supérieur.

Évalué à 13 M$, l’appel d’offres pour des équipements de télécommunication était qualifié de «bidon» et «ciblé» par des joueurs de l’industrie.

L’UQAM avait initialement critiqué notre travail journalistique et se défendait par une étude externe qu’elle n’avait pas voulu nous montrer. Rappelons que le directeur des services de réseau de l’UQAM, Daniel Girard, qui avait en partie élaboré l’appel d’offres controversé, est un ancien de la firme Cisco.

Selon nos informations, deux entreprises pouvaient soumissionner à l’appel d’offres initial, soit Telus et Bell, deux revendeurs des produits Cisco.

Par surcroît, c’est Bell Canada qui vient d’obtenir un contrat de gré à gré de 550 000 $ pour fournir des équipements de télécommunication de marque Cisco à l’UQAM.

Après l’annulation de l’appel d’offres initial, l’UQAM devait refaire ses devoirs pour mieux l’ouvrir à la concurrence.

Urgence

Les retards causés par ce cafouillage de l’UQAM ont ainsi permis à Bell d’obtenir ce contrat de gré à gré, car entre-temps, des travaux d’urgence sont devenus nécessaires. Le réseau de télécommunications est désuet et des défaillances surviennent.

L’UQAM et le ministère, qui a autorisé la démarche, prétendent donc qu’«un appel d’offres public ne servirait pas l’intérêt public» puisqu’il s’«agit d’intervention à court terme en raison des risques majeurs de défaillance», lit-on dans les modalités contractuelles.

Un autre de 2,2 M$

Ce contrat ne vise que partiellement ce qui était visé dans l’appel d’offres initial. Un autre appel d’offres, aussi approuvé par le ministère, sera publié sous peu pour un contrat de 2,2 M$ qui visera, comme l’appel d’offres annulé, exclusivement des produits Cisco.

Dans un troisième temps, un plus gros appel d’offres enfin ouvert à la concurrence sera lancé pour le rehaussement complet du réseau, explique l’UQAM.

Notre Bureau d’enquête a questionné le service des communications de l’UQAM à ce sujet le 21 février.

Avant même d’avoir une réponse, hier, ce même service publiait étonnamment sur son site internet une longue entrevue avec le vice-recteur des Systèmes d’information, Louis Martin, pour notamment justifier le contrat sans appel d’offres à Bell Canada.

Le vice-recteur y précise qu’«il faut agir à très court terme pour maintenir le réseau opérationnel».

Par rapport au prix payé, pas de souci à avoir selon lui.

«Bell Canada, qui accompagne l’UQAM depuis 20 ans, connaît notre réalité et répond à nos exigences en matière de prix, de disponibilité des pièces et de soutien», peut-on lire sur le site ActualitésUQAM.

La saga
Notre Bureau d’enquête publie en juillet un reportage sur un appel d’offres de l'UQAM qui cible les produits Cisco et rien d'autre.
Le Commissaire au lobbyisme étudie le cas de l’entreprise Cisco, qui a enfreint la loi.
À la demande de Québec, l’UQAM annule son appel d’offres en août.
Le 14 février, l'UQAM octroie à Bell un contrat sans appel d'offres de 550 000 $ pour des produits Cisco et rien d’autre.
Un appel d'offres de
2,2 M$ sera bientôt publié seulement pour des produits Cisco.
Un autre appel d'offres pour le rehaussement complet du réseau sera ouvert aux produits équivalents à Cisco.
Commentaires