/misc
Navigation

Meilleure année depuis 2007 pour le capital de risque au Québec

Coup d'oeil sur cet article

En lien avec mon billet sur le mythe du manque de capital de risque au Québec, Réseau Capital vient tout juste de publier les chiffres d'investissement en capital de risque au Québec pour l'année 2013. Sans surprise, il s'agit de la meilleure performance depuis 2007 pour la province. En effet, les fonds investis au Québec ont totalisé 588 M$ en 2013, soit une augmentation de 46 % par rapport à 2012. 151 compagnies ont reçu ce type de financement au cours de l'année dernière. Au pallier régional, Montréal a attiré 82 % de tous les investissements. La ville de Québec et la région de Sherbrooke ont suivi avec une part de marché de 4 % chacune. Quant à lui, le marché canadien a connu une croissance de 31 % avec 2 milliards $ investis. Le Québec représente donc 30 % de tous les investissements en capital de risque au Canada.

L'autre bonne nouvelle? La contribution des fonds américains et étrangers à cette bonne performance. En effet, comme le souligne Jack Chadirdjian, président-directeur général de Réseau Capital,  « Il est intéressant de noter que les fonds américains et étrangers ont joué un rôle décisif en 2013 au Québec en y injectant 195 M$, soit une augmentation de 84 % par rapport à l’année précédente. Cet apport témoigne clairement de la capacité du Québec à attirer de nouveaux capitaux provenant de l’étranger afin de soutenir le développement de nos entreprises locales ».

Quant à l'argent frais, il y en a. En effet, les gestionnaires de fonds de capital de risque établis au Québec ont attiré la plus grosse part des nouveaux engagements conclus dans le marché canadien en 2013. Les fonds québécois ont acquis 530 millions de dollars, soit une part de 40 % du total de 1,3 milliard de dollars levés. C'est un indicateur de tendance important pour les investissements de 2014 et 2015.

Deux bémols :

1) Les dollars investis directement dans le secteur des technologies de l'information (TI) se chiffrent à 114 millions $, soit moins de 20% du total. Et c'est aussi une baisse de 18% comparée à 2012. Au Canada, les TI capturent 1,1 milliard de dollars d'investissement, soit plus que la moitié du total investi.

2) Les dollars investis dans les compagnies en prédémarrage et démarrage totalisent 74 millions de dollars en 2013, en baisse de 30 % par rapport à l'année d'avant.

1 commentaire(s)

JD dit :
27 février 2014 à 11 h 02 min

Selon la National Venture Capital Association "VCs focus exclusively on companies developing significant innovations", "Making investments at the earliest stages of a company’s development". On exclut spécifiquement les catégories de buy-out, mezzanine, dette, financement gouvernemental. Le capital de risque est donc une sous-catégorie du "Private Equity". Le problème avec ce rapport c'est qu'il ne mesure pas la même chose. On amalgame dans la catégorie capital de risque des investissements qui sont en fait plus largement du "private equity"....Par exemple, un investissement dans Groupe AGF (structures d'acier - fondée dans les année 50) ça n'a pas la même nature qu'un investissement dans OmSignal (jeune pousse qui s'attaque a un nouveau marché). Le second est du capital risque tel que défini par la NVCA mais pas le premier. C'est un peu comme si on comptait tout les fruits dans notre panier mais seulement les pommes dans les paniers des voisins. On ne compare pas la même chose et en conséquence on ne peut avoir une vision juste de la situation.