/news/health
Navigation
Santé | Pénurie

Pharmaciens forcés d’utiliser des médicaments périmés

pharmaciens
Photo agence qmi Le président de l’APES, François Paradis, déplore que la rupture d’approvisionnement ait de graves conséquences sur les patients.

Coup d'oeil sur cet article

La pénurie de médicaments dans les hôpitaux est tellement grave que les pharmaciens doivent utiliser des produits périmés et des «fonds de fiole».

La pénurie de médicaments dans les hôpitaux est tellement grave que les pharmaciens doivent utiliser des produits périmés et des «fonds de fiole».

«Nous sommes très inquiets, avoue François Paradis, président de l’Association des pharmaciens des établissements de santé du Québec (APES). À force de jouer avec le feu, on va avoir un cas dramatique.»

Dans une lettre envoyée au ministre de la Santé le 21 février dernier, dont le Journal a obtenu une copie en exclusivité, l’APES presse le ministre de la Santé Réjean Hébert de réagir à la pénurie de médicaments, qualifiée d’«inacceptable» et d’«intolérable».

Depuis décembre dernier, l’APES a fait un sondage interne auprès de ses membres pour avoir des exemples des conséquences de la pénurie sur les patients.

Dans certains cas, les pharmaciens ont recours à des médicaments dont la date de péremption est dépassée, ou encore ils réutilisent des fonds de fiole.

«Nous avons mis en place des mesures de conservation des fonds de fiole qui nous ont permis de nous rendre au début janvier», explique un pharmacien au sujet de la pénurie de Lorazépam (anxiété).

En soins de longue durée, on a demandé à des infirmières de conserver les restes de fioles d’hydromorphone (douleur), même si ce médicament doit normalement être jeté.

Plusieurs pharmaciens ont aussi rapporté une hausse de l’anxiété des patients et des employés en lien avec la pénurie.

Statu quo

Dans sa missive, l’APES déplore qu’aucune des solutions proposées par le comité provincial pour contrer les ruptures d’approvisionnements au printemps 2012 n’aient été mises en place.

On recommandait entre autres que les fabricants de médicaments soient obligés d’informer le gouvernement fédéral des difficultés de production.

«Chaque jour compte en rupture de stock. Alors, pour être capable d’en importer à temps, il faut le savoir vite, indique Diane Lamarre, présidente de l’Ordre des pharmaciens du Québec. C’est une situation préoccupante, il faut que ça arrête.»

Situation « inacceptable »

Dans sa lettre, l’APES demande aussi au gouvernement provincial d’apporter sa contribution, notamment en permettant de conclure un contrat d'approvisionnement avec deux fournisseurs au lieu d'un seul, la mise sur pied d’une liste de médicaments prioritaires au Québec, et la création d’un comité coordonnateur.

«Ces situations génèrent avec raison beaucoup de ressentiment et d’inquiétudes chez les professionnels et les patients. Il s’agit d’une situation inacceptable au Québec, en 2014», signe l’APES dans sa lettre.

Impacts de la pénurie sur les patients
Fentany  injectable (douleur)
Le patient est exposé à un plus grand risque et nécessite un suivi plus serré. Possible séjour aux soins intensifs prolongé.
Antinauséeux
Nausées, vomissements, diarrhée, confusion, constipation, maux de tête.
Flécaïnide   (anomalies cardiaques)
Moins bon contrôle de l’arythmie cardiaque. «L’anxiété générée par la crainte de ne plus avoir de médicaments est un sentiment exprimé par l’ensemble des patients.»
Melphalan  et Carmustine (traitements de cancers)
Retard de greffes de moelle osseuse
Gouttes d’iode ophtalmique
Retard de chirurgies de cataractes
Lorazépam et fentanyl injectables (anxiété)
«Impossibilité d’administrer un traitement sédatif en fin de vie ou lors de crise d’agitation»
Multivitamines injectables
«Les usagers sous alimentation parentérale reçoivent actuellement la moitié de la dose normalement prescrite pour répondre à leurs besoins. Cette façon de faire expose les patients à des carences nutritionnelles dans une perspective à long terme.»
Autres conséquences des ruptures de stock pour les pharmaciens d’hôpitaux
Utilisation de médicaments périmés
Changements complets de thérapies médicamenteuses
Surveillance étroite des stocks
Multiples communications auprès des médecins et du personnel.
Source: APES
Commentaires