/sports/others
Navigation
confidentiel

Mathieu Giroux

SPO-OLYMPICS-SOCHI-SOTCHI
photo d’archives Mathieu Giroux

Coup d'oeil sur cet article

Mathieu Giroux a fait vibrer le Québec à coups de patins bien affûtés. Sa carrière en longue piste s’est terminée à Sotchi. L’heure est venue de tourner la page sur 24 belles années de sa vie et il enfilera le sarrau dès lundi, devenant pharmacien stagiaire à l’hôpital ­Maisonneuve-Rosemont.

Mathieu Giroux a fait vibrer le Québec à coups de patins bien affûtés. Sa carrière en longue piste s’est terminée à Sotchi. L’heure est venue de tourner la page sur 24 belles années de sa vie et il enfilera le sarrau dès lundi, devenant pharmacien stagiaire à l’hôpital ­Maisonneuve-Rosemont.

Depuis mon retour de Sotchi, je me sens très bien. Je suis satisfait de ma carrière sportive.

C’est sûr que j’aurais aimé mieux revenir avec une médaille, tout comme à Vancouver, mais nous avons terminé en quatrième position (poursuite). Ingrate position!

J’ai tellement bien préparé mon après-carrière que ma transition sera très facile.

C’est vraiment dans les prochaines semaines que je verrai comment je m’adapte à ma nouvelle réalité de stagiaire en pharmacie. Je n’ai aucun entraînement de prévu à l’horaire.

J’ai dit à ma mère d’acheter un gros bac pour ranger toutes mes lames, mes patins et mes vêtements de compétition. (Rire)

Ça fait 24 ans que le patinage de vitesse occupe mon quotidien.

Contrairement à ce que certains peuvent penser, il est possible de concilier sport de haut niveau et études.

Ça va me manquer de ne pas avoir mal aux jambes à la suite des gros entraînements.

Je suis certain que mon bagage d’athlète va m’aider dans mon travail de pharmacien. Je serai en mesure de donner d’excellents conseils à mes clients concernant, entre autres, les bonnes habitudes de vie.

Ma copine fait partie de l’équipe nationale de cyclisme sur piste. J’adore m’entraîner avec elle l’été.

Je vais sûrement faire quelques compétitions de vélo dans les prochains mois. Je me répète, j’aime ça avoir mal aux jambes.

Je prends beaucoup de cours de cuisine, j’aurais pu en faire un métier! J’adore la cuisine japonaise. J’ai aussi un faible pour la cuisine italienne, qui est cependant moins santé!

J’aurais aimé cela avoir du talent en musique. J’ai essayé la guitare, mais je n’ai pas l’oreille musicale!

Dans 10 ans, je me vois en ­banlieue, avec une famille et une vie ultra normale.

Mon moment fort à Sotchi, c’est incontestablement la victoire des filles au hockey féminin.

J’ai fait preuve de persévérance et de résilience lorsque j’ai abandonné le patinage de vitesse courte piste pour passer au patinage longue piste. C’était 13 mois avant les Jeux de Vancouver. J’ai bien réussi cette transition.

Et j’ai aussi fait la preuve les quatre dernières années qu’il était possible d’étudier à temps plein et d’être un athlète d’élite. C’est une belle ­réalisation.

Je me marie dans trois mois à Phoenix, en Arizona. C’est aussi là que je me suis fiancé. Les parents de ma future épouse y habitent.

Commentaires