/homepage
Navigation
Santé

Le « Ritalin » sous toutes ses formes

Ritalin
photo d’Archives La pénurie de méthylphénidate régulier de 10 mg peut donc compliquer la vie des parents et des enfants stabilisés à l’aide de cette formulation.

Coup d'oeil sur cet article

La forme générique du méthylphénidate (Ritalin®) 10 mg est actuellement en rupture de stock. Effet de cascade prévisible: les formulations de 5 mg et de 20 mg, qui sont moins souvent prescrites, sont donc disponi­bles en plus petites quantités et s’épuiseront rapidement.

La forme générique du méthylphénidate (Ritalin®) 10 mg est actuellement en rupture de stock. Effet de cascade prévisible: les formulations de 5 mg et de 20 mg, qui sont moins souvent prescrites, sont donc disponi­bles en plus petites quantités et s’épuiseront rapidement.

Dans le trouble du déficit de l’attention (TDAH) avec ou sans hyperactivité, les Lignes directrices canadiennes de traitement de 2013 (CADDRA) précisent bien l’importance d’ajuster la médication sur mesure pour chaque patient. On y recommande de commencer par de petites doses et de les augmenter lentement. Les recommandations encouragent le recours aux formulations à longue durée d’action. La recherche du bon médicament à la bonne dose avec la meilleure durée d’action doit souvent s’échelonner sur plusieurs semaines. Or, la pénurie risque de précipiter certains changements rapides et d’obliger les patients à consulter à nouveau leur médecin.

Le méthylphénidate 10 mg demeure encore souvent prescrit parce qu’il est abordable au niveau du coût (couvert par les assureurs) et permet une souplesse des moments d’administration souhaités, habituellement le matin et le midi.

Médicaments recommandés selon CADDRA

Premier recours

1) Des stimulants à longue durée d’action Formulations d’amphétamine et de dextroamphétamine à longue durée d’action (Adderall XR®), lisdexamfétamine (Vyvanse®) et méthylphénidate longue durée d’action comme Biphentin® et Concerta®.

2) Le médicament non stimulant atomoxétine (Strattera®).

Second recours

1) Des stimulants

La dextroamphétamine à libération immédiate ou soutenue et le méthylphénidate à libération immédiate comme le Ritalin® et toutes ses formulations génériques ainsi que la formulation à libération soutenue comme le Rita­lin SR® (sustained-release).

En troisième recours

D’autres médicaments sont parfois nécessaires et ils sont habituellement prescrits par des spécialistes.

On peut changer un stimulant pour un non-stimulant ou encore combiner un stimulant avec un non-stimulant. Il arrive aussi que l’on associe un médicament à courte durée d’action comme le méthylphénidate avec un médicament à action soutenue comme Biphentin® ou Concerta® pour assurer un effet tôt le matin ou plus tard dans la journée selon les activités. La durée d’action habi­tuelle du méthylphénidate seul est de trois à quatre heures. La durée d’action des formulations de méthylphénidate «longue durée d’action» est de 10 à 12 heures.

Par ailleurs, certains enfants présentent de l’insomnie ou un manque d’appétit avec les formulations à longue durée d’action et la formulation régulière de méthylphénidate prise le matin et le midi peut éviter ces inconvénients chez certains. On comprend donc l’importance de l’ajustement «sur mesure» pour chaque patient.

Concerta® et Biphentin® ne peuvent être coupés ou croqués. Biphentin® peut toutefois être ouvert et mis dans une compote de pommes, de la crème glacée ou du yogourt, mais les granules ne doivent pas être croqués, car cela libérerait tout le médicament d’un coup.

La pénurie de méthylphénidate régulier de 10 mg peut donc compliquer la vie des parents et des enfants stabilisés à l’aide de cette formulation. Le coût est aussi un facteur déterminant, car les formulations à longue durée d’action peuvent coûter 7 à 14 fois le prix du méthylphénidate régulier.

Le TDAH touche de nombreux Québécois. Certains s’interrogent sur le nombre important de person­nes traitées. Comme dans toute maladie, on doit toujours chercher à utiliser d’abord les mesures non pharmacologiques et viser un usage rationnel des médicaments. Il demeure que, pour beaucoup de gens et en particulier plusieurs enfants, le recours à une médication est nécessaire et clairement bénéfique.

Dans tous les cas, on ne devrait pas avoir à choisir un traitement en fonction des ruptures de stock. Et si ces ruptures doivent survenir occasionnellement, il faut qu’elles soient signalées le plus rapidement possible pour que des options soient trouvées pour les patients. Ce qui n’est malheureusement pas le cas actuellement. Les fabricants de médicaments sont libres de déclarer leurs ruptures de stock au moment qui leur convient et, souvent, ils ne le font pas du tout. Pourtant, chaque jour compte!

Dans le cas du méthylphénidate, il en va de l’équilibre de nombreuses familles.

 

Commentaires