/finance
Navigation
Investissement

Les minières boudent le Québec, selon une étude

mine miniere metal minerai
Photo Fotolia

Coup d'oeil sur cet article

Le Québec continue de perdre du terrain dans le palmarès des endroits les plus prisés par les investisseurs du secteur minier.

D'après un sondage annuel mené par l'Institut Fraser auprès des dirigeants de l'industrie minière, le Québec a glissé au 21e rang parmi les 112 grands territoires miniers observés à travers le monde en 2013.

Le Québec a dominé le classement de 2007 à 2009, mais il a dégringolé de la première à la 21e place en quatre ans. L'année dernière, la province se trouvait en 11e position.

Selon cette étude, les principales préoccupations concernant le Québec sont l'incertitude entourant l'administration, l'interprétation et l'application de la réglementation ainsi que le système juridique et le régime fiscal de la province.

«Le recul du Québec prouve que les changements apportés aux politiques minières du Québec inquiètent l'industrie minière mondiale», a expliqué Kenneth P. Green, directeur principal de l'énergie et des ressources naturelles à l'Institut Fraser.

L'organisme soutient que le Québec doit réduire la bureaucratie, minimiser les risques et respecter les contrats négociés s'il veut attirer des investissements.

Trois provinces canadiennes se classent parmi les 10 premières positions, l'Alberta au 3e rang, le Nouveau-Brunswick au 7e et Terre-Neuve-et-Labrador au 9e. Le classement 2013 de l'Institut Fraser est dominé par la Suède et la Finlande, qui occupent les deux premiers rangs.

Les deux états dominaient aussi le palmarès en 2012, la Finlande en première position et la Suède au deuxième rang.

Beaucoup de réactions

L'Association minière du Québec (AMQ) croit que le Québec peut faire mieux. «L'incertitude des dernières années a eu un impact sur notre attractivité auprès des investisseurs», a indiqué par communiqué Josée Méthot, PDG de l'AMQ. Selon l'association, la position de Québec découle de l'hésitation législative et du débat sur les redevances des derniers mois.

La ministre des Ressources naturelles, Martine Ouellet, est convaincue que la province performera mieux l'an prochain, car le sondage a été réalisé avant l'entrée en vigueur de la nouvelle Loi sur les mines, en décembre.

«Plusieurs investisseurs me disent que les affaires ont repris et que le Québec est une destination intéressante avec sa nouvelle Loi», a dit la ministre, qui prenait part au congrès annuel de l'Association des prospecteurs et des entrepreneurs du Canada, lundi.

La Coalition pour que le Québec ait meilleure mine a aussi émis des réserves. L'organisation considère que le document est un outil permettant à l'industrie de faire pression sur les états pour faire baisser leurs coûts d'exploitation.

«Nous aimerions que ce sondage soit plus exhaustif. Qu'il évalue les comportements social, environnemental et économique des minières pour voir comment se situe le Québec par rapport aux autres états», a dit Ugo Lapointe, porte-parole de la Coalition.

Commentaires