/news/politics
Navigation
Charbonneau

La commission suspendue pour ne pas « influencer » les électeurs

La commission Charbonneau
Photo Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

­La commission Charbonneau a décidé de suspendre ses audiences publiques le temps de la campagne électorale pour ne pas « influencer d’une façon ou d’une autre l’électorat ».

Au cours des prochaines semaines, la juge Charbonneau et son équipe devaient se pencher sur les contrats publics du ministère des Transports et le financement politique des partis provinciaux, deux volets susceptibles de faire des vagues en pleine campagne électorale.

Alors qu’elle avait affirmé que la tenue d’élections ne perturberait pas son calendrier, la Commission a finalement changé son fusil d’épaule mercredi matin, peu après l’allocution de Pauline Marois.

D’un commun accord, France Charbonneau et les commissaires Roderick Macdonald et Renaud Lachance ont décidé de suspendre l’audition de nouveaux témoins jusqu’au scrutin du 7 avril, afin de ne pas aborder de sujet qui pourrait semer la controverse.

Apolitique et indépendante

«La Commission é́tant totalement apolitique et indépendante, nous ne voulons pas risquer que ses audiences soient entraî̂nées dans l’arène politique. Les élections sont les assises de la démocratie et la Commission ne voudrait pas influencer d’une façon ou d’une autre l’électorat», a-t-elle indiqué par voie de communiqué.

Une décision pleine de bon sens selon Martine Valois, professeure de droit à l’Université de Montréal. «C’est un choix très sage. La Commission sait probablement que certaines révélations pourraient influencer les élections et perturber le processus démocratique», avance-t-elle, soulignant «l’effet pervers» des audiences publiques: «Ce que dit un témoin devient un fait avéré dans les médias».

Danielle Pilette, professeure en gestion municipale à l’UQAM, était quant à elle plus réservée en entrevue avec le Journal en début de semaine. «Je ne pense pas que la Commission nuirait à la campagne même si elle abordait le financement des partis politiques (...). Ça ne serait pas dommageable à l’excès pour la campagne», estimait-elle.

Le temps est compté

La commission Charbonneau tiendra tout de même des audiences publiques la semaine prochaine pour clore ses volets sur les stratagèmes de fausse facturation et l’infiltration du crime organisé dans l’industrie de la construction.

Elle entamera les contrats du MTQ et le financement des partis politiques provinciaux à compter du 8 avril et siègera plus tard chaque jour, ainsi que les vendredis matin, et ce, jusqu’à la mi-juin ou le début du mois de juillet.

«Elle va devoir faire des choix et couper court sur certains aspects», prévient Mme Valois, en raison de cette suspension imprévue de trois semaines.

Plusieurs spécialistes en matière de commission d’enquêtes publiques estiment que l’audition des témoins devrait tirer à sa fin avant la pause estivale.


 

Commentaires