/news/politics
Navigation
Parti libéral | 250 000 emplois

L’engagement libéral laisse les experts sceptiques

Coup d'oeil sur cet article

Les experts consultés par le Journal sont sceptiques vis-à-vis la promesse libérale de créer 250 000 emplois au cours des cinq prochaines années.

«C’est beaucoup, surtout si l’on parle d’une création nette d’emplois», estime Stéphane Pallage, doyen de l’École des sciences de la gestion de l’UQAM.

M. Pallage ne doute toutefois pas que «de jeunes Québécois trouvent 250 000 emplois dans les prochaines années.» Ces emplois vont essentiellement compenser le départ à la retraite des boomers. Le chômage va ainsi «atteindre des niveaux historiquement bas, de façon assez naturelle.»

Dans ce contexte, l’expert croit que c’est la qualité des emplois qui va primer et sortir le Québec de sa torpeur économique. «Pour que le Québec fasse des gains de productivité, il sera important de faire des gains au niveau de la qualité des emplois», affirme ce dernier.

Ce serait « exceptionnel »

«Il serait exceptionnel que l’économie québécoise crée autant d’emplois, car on prévoit que la population en âge de travailler va diminuer dans les prochaines années», soutient d’ailleurs Jean-Michel Cousineau, économiste et président du comité des politiques publiques à l’Association des économistes québécois.

De son côté, le spécialiste des politiques macroéconomiques de l’Institut d’économie appliquée de HEC Montréal Germain Belzile remet en doute la technique employée par les libéraux, qui souhaitent augmenter les investissements publics dans les infrastructures pour stimuler l’économie.

« Je n’y crois pas »

«Je n’y crois pas. Ça ne marchera pas. Le gouvernement peut créer des emplois, mais l’argent, il doit le taxer, ce qui va détruire des emplois dans le secteur privé. Les emplois, au net, sont créés dans le secteur privé», affirme M. Belzile.

En janvier, l’équipe économique de la Banque Laurentienne, dirigée par Carlos Leitao, maintenant candidat libéral, prévoyait la création de 47 000 emplois en 2014 et de 44 000 en 2015. Les prévisions de Desjardins, publiées le mois dernier, sont plus optimistes. Le mouvement coopératif table sur la création de 56 500 postes en 2014 et de 65 400 l’année suivante.

Pour les deux prochaines années donc, la promesse de Philippe Couillard semble se coller aux prévisions des institutions financières.

Commentaires