/news/politics
Navigation
Élections 2014 | CAQ

Legault laisse tomber une promesse

Pas de hausse de salaire pour les enseignants

QMI_QMI_201403071525_003
CAPTURE D'ÉCRAN TVA NOUVELLES

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL –La Coalition avenir Québec, qui avait fait miroiter des hausses de salaires substantielles aux enseignants en 2012, met sur la glace son engagement.

MONTRÉAL –La Coalition avenir Québec, qui avait fait miroiter des hausses de salaires substantielles aux enseignants en 2012, met sur la glace son engagement.

Lors de la dernière campagne électorale, M. Legault disait vouloir augmenter leurs salaires de 20%, en moyenne. En contrepartie, il réclamait le pouvoir de congédier «les incompétents» du milieu scolaire, au primaire et au secondaire, en les soumettant à une «évaluation» annuelle de leur travail.
 
Ces hausses salariales ne sont plus sur la table. La promesse ne tient plus en raison du contexte économique difficile. «Je voudrais le faire (…) Malheureusement, dans les quatre prochaines années, on n’a pas de marge de manœuvre. Faut se dire la vérité», a-t-il déclaré lors d’un point de presse au quartier général de la CAQ à Montréal.
 
Or, le deuxième volet de sa proposition tient toujours. Il suggère encore de mettre sur pied un mécanisme afin d’évaluer leurs performances. Cette idée apparaîtra dans sa plate-forme électorale qui sera dévoilée au cours de la campagne.
 
La CAQ «ne met pas l’emphase là-dessus», nous a-t-on expliqué dans l’entourage du chef. Cet enjeu devra inévitablement faire l’objet de négociations avec les syndicats, reconnaît-on.
 
M. Legault a ensuite apporté des précisions lors d’une mêlée de presse impromptue deux heures plus tard. La hausse du salaire des enseignants sera une priorité «dans un deuxième mandat», a-t-il expliqué, après avoir fait le «ménage dans la bureaucratie».
 
Son parti est le seul qui propose des hausses salariales pour les enseignants, a-t-il rappelé. Il n’y a «aucun parti qui valorise plus la profession d’enseignant», a-t-il fait valoir.
 
Commissions scolaires
 
M. Legault a également réitéré son vœu d’abolir les commissions scolaires afin d’épargner 300 millions $. Il en parle depuis qu’il est revenu en politique, en 2011.
 
En abolissant ces structures, il souhaite donner plus d’autonomie aux directions d’écoles. Les commissions scolaires seraient remplacées par des «centres se services», deux fois moins nombreux, qui s’occuperaient, notamment, des approvisionnements et du transport scolaire.
 
Le plan de la CAQ ne tient pas la route selon le chef libéral Philippe Couillard. «Il veut économiser 300 millions et personne ne sera congédié. Il y a quelque chose qui ne marche pas», a-t-il lâché en point de presse. À son avis, les commissions scolaires sont des organismes de proximité qu’il faut préserver. «M. Legault manque de sensibilité envers les régions et la communauté anglophone du Québec.»

À son avis, les commissions scolaires pourraient réaliser des économies en réduisant la taille de leur administration et donner plus d’autonomie aux écoles. Les commissions scolaires disent consacrer 5% de leurs budgets aux dépenses administratives. «Il y a encore de la marge», a soutenu M. Couillard.
 
Journée de la femme
 
Bien qu’il traîne de la patte au chapitre des candidatures féminines, le chef de la CAQ a voulu souligner la Journée de la femme à sa façon. Il était entouré d’une douzaine de candidates de son parti lors de son point de presse matinal.
 
Ces candidates de toutes les régions ont leur propre autobus affrété par le parti aujourd’hui. Elles accompagnent le chef toute la journée, samedi, dans sa tournée des comtés de Lanaudière et de la couronne nord de Montréal.

- Avec la collaboration de Regys Caron

Commentaires