/news/politics
Navigation
Élections 2014

PKP plonge pour léguer un pays à ses enfants

L’homme d’affaires briguera finalement les suffrages dans Saint-Jérôme

Coup d'oeil sur cet article

SAINT-JÉRÔME | Coup d’éclat dans la campagne électorale: Pierre Karl Péladeau se lance en politique pour faire du Québec un pays.

SAINT-JÉRÔME | Coup d’éclat dans la campagne électorale: Pierre Karl Péladeau se lance en politique pour faire du Québec un pays.

Après avoir nié pendant des mois son intérêt pour la politique, l’ex-patron de Québecor a annoncé hier sa candidature pour le Parti québécois dans la circonscription de Saint-Jérôme. C’est l’ex-vedette caquiste Jacques Duchesneau qui a représenté ce comté au cours des 18 derniers mois. «Le choix de faire de la politique, je le fais en pensant à mes trois enfants avec le souhait de contribuer à leur léguer un pays dont ils seront fiers!», a scandé M. Péladeau, devant quelque 125 personnes réunies à la Vieille-Gare de Saint-Jérôme, au nord de Montréal.

Plusieurs voient PKP comme le dauphin de Pauline Marois. L’homme de 52 ans n’a d’ailleurs pas écarté hier la possibilité de succéder à l’actuelle chef péquiste. «J’ai l’intention d’être élu et de représenter tous les électeurs de la circonscription de Saint-Jérôme», s’est-il contenté de répondre aux journalistes.

Démissions

Il y a un an, il avait surpris tout le monde en annonçant qu’il quittait la direction de Québecor. Il était toutefois demeuré vice-président du conseil d’administration de l’entreprise, propriétaire du Journal de Montréal et du Journal de Québec, en plus d’occuper les postes de président des c. a. de Québecor Media et de TVA. Il avait également été nommé président du c. a. d’Hydro-Québec par le gouvernement Marois.

Il a remis sa démission pour tous ces postes électifs. Il mettra ses actifs dans une fiducie sans droit de regard, mais pas question de vendre ses actions. «Les actionnaires de Québecor sont très nombreux, je ne vois pas de conflit d’intérêts.»

Soutien de son ex

La décision a été prise il y a une semaine, a tenu à préciser Pauline Marois, qui tentait de convaincre Pierre Karl Péladeau de rejoindre les rangs péquistes depuis «quelques mois». L’homme d’affaires dit avoir attendu d’avoir le soutien de son ex-conjointe, Julie Snyder, avec qui il est en processus de séparation, pour prendre sa décision.

Commentaires