/news/education
Navigation
Polyvalente Sainte-Thérèse

Le vélo pour chasser la colère

Coup d'oeil sur cet article

 

Pédaler pour évacuer la frustration et pour prévenir des élans d’agressivité. C’est ce que des élèves en classes de soutien personnel (CSP) de la Polyvalente Sainte-Thérèse (PST) peuvent faire depuis qu’un vélo stationnaire est à leur disposition.

Pierre Morel est éducateur spécialisé depuis trois ans auprès d’une dizaine d’élèves à la PST. Ses étudiants sont pour la plupart atteints de troubles comportementaux tels que le syndrome de Gilles de la Tourette, l’impulsivité, l’hyperactivité ou le trouble de personnalité.

En temps de crise ou pour en prévenir une, les éducateurs et les professeurs ont l’habitude d’envoyer l’étudiant réfléchir et apaiser sa colère dans un petit cubicule, à proximité des classes.

Selon M. Morel, cette façon de faire laissait toutefois place à l’amélioration. « Quand tu es fâché, ce n’est pas toujours le temps d’être entre quatre murs », a-t-il indiqué.

Il y a quelques semaines, en feuilletant un journal, M. Morel a lu qu’une classe régulière du primaire s’était équipée d’un vélo pour refroidir les ardeurs des plus excités.

« Je me suis dit que ce serait excellent pour nous aussi », a-t-il expliqué.

Faute de moyen, il s’est tourné vers des entreprises qui vendaient ce type d’appareil d’exercice, espérant que sa requête trouve une oreille attentive.

Peu de temps après, le Club Piscine Super Fitness de Blainville acquiesçait à la demande de M. Morel, lui offrant gratuitement un vélo haut de gamme.

« Quand j’ai eu l’appel de la directrice générale du Club Piscine, pour m’annoncer la bonne nouvelle, je me suis mis à pleurer tellement j’étais heureux », a-t-il noté.

Action préventive

Pour l’éducateur spécialisé, le fait d’envoyer un élève pédaler quelques minutes n’est pas une punition, mais simplement une action préventive.

« Si je demande la même consigne pour la 3e fois à un étudiant et qu’il ne veut rien savoir, pédaler quelques instants est un moyen efficace pour chasser sa colère », a-t-il indiqué.

Pour Ariane Drapeau, étudiante de 16 ans en CSP, ces quelques minutes d’exercice peuvent carrément changer l’allure d’une journée.

« Quand ça ne va pas, quand je suis stressée, je monte sur le vélo quelques minutes et je me sens beaucoup mieux après », a-t-elle dit.


 

Commentaires