/news/currentevents
Navigation
Météo

La dernière tempête de l’année ?

Coup d'oeil sur cet article

Qu’elle soit surnommée la tempête des corneilles, des sucres ou de la St-Patrick, la traditionnelle chute de neige de la mi-mars tombée hier devrait être la dernière cette année.

Même si le temps doux de lundi laissait présager le début du printemps, mère Nature en a décidé autrement hier après-midi. Une quinzaine de centimètres de neige sont tombés sur la grande région de Montréal, accompagnés de forts vents allant jusqu’à 70 km/h.

La région de Québec a été quelque peu épargnée recevant à peine 10 cm, c’est surtout la poudrerie causée par des vents violents qui a occasionné des problèmes. Mais c’est l’Estrie qui a été la plus touchée, elle qui a reçu pas moins de 50 cm.

Cette tempête a provoqué bien des maux de tête aux automobilistes lors de leur retour à la maison.

De nombreuses de sorties de route ont été enregistrées sur le territoire de la Sûreté du Québec hier soir, mais rien de majeur. Seul un carambolage impliquant une quinzaine de véhicules dont deux poids lourds, a retenu l’attention des services policiers.

«L’événement est survenu sur la route 201 à Salaberry-de-Valleyfield, mais il n’y a eu que deux blessés mineurs», précise la porte-parole de la SQ, Christine Coulombe.

Lueur d’espoir

Seule réjouissance, cette tempête devrait être la dernière d’une aussi grande intensité cette année.

«On pourrait avoir encore quelques petites chutes de neige, notamment en fin de semaine, on l’on attend 5 à 10 cm,mais on ne parle plus de 30 cm», prévoit Serge Mainville, météorologue d’Environnement Canada.

Le printemps devrait se faire sentir dès la semaine prochaine au grand plaisir de plusieurs qui n’en peuvent plus de l’hiver.

«On n’avait pas vraiment besoin d’une autre tempête, a déclaré Robert Leblanc tentant de se couvrir des forts vents. On a eu un hiver difficile. On avait soit du froid et de la neige ou du très très froid, aucun répit».

Cet hiver à Montréal, on a enregistré en moyenne des températures de deux degrés de moins que la normale.

«C’est normal que les gens aient senti un hiver plus froid, surtout quand on les compare aux années précédentes qui ont été plus douces. On partait de loin», indique-t-il.

Mais l’attente s’achève, car même si les températures seront de quelques degrés en dessous des normales, le pire est derrière nous.

«C’est un prélude au printemps qui s’en vient. Même si on aura de l’air plus hivernal, on a quand même le droit de dire qu’on voit la lumière au bout du tunnel», conclut-il.

Pires tempêtes du mois de mars


La fameuse tempête du 4 mars 1971 a laissé 43 cm de neige accompagnés de vents de 100 km/h.
Le 13 mars 1993, le «blizzard» a amené des précipitations de 40 cm de neige mêlés à de forts vents de 80 km/h.
En pleine campagne électorale, le 2 mars 2007, il est tombé 35 cm de neige à Montréal, forçant les candidats à prendre une pause.
L’an dernier, le 19 mars 2013, la région de Montréal avait reçu pas moins de 33 cm de neige.
Commentaires