/news/health
Navigation
40 % plus de pilules vendues en 5 ans

Un Québec encore plus Ritalin

De nouveaux records de consommation et de vente ont été fracassés en 2013

Coup d'oeil sur cet article

Malgré les craintes exprimées par plusieurs experts, la consommation de Ritalin a explosé au Québec, depuis cinq ans, pour atteindre un niveau record il y a quelques mois.

Malgré les craintes exprimées par plusieurs experts, la consommation de Ritalin a explosé au Québec, depuis cinq ans, pour atteindre un niveau record il y a quelques mois.

À la fin de 2013, les Québécois avaient consommé près de 41 millions de comprimés de méthylphénidate, la famille de médicaments dont fait partie le Ritalin, a appris le Journal.

Cela constitue un nouveau record et une hausse de 40 % par rapport à la situation observée cinq ans plus tôt, selon des données obtenues auprès de la firme spécialisée IMS Brogan.

Prescrits surtout à des jeunes, mais aussi de plus en plus à des adultes pour traiter le trouble du déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité (TDAH), les médicaments de la famille du Ritalin ont rapporté 89 M$ aux pharmacies de la province l’an dernier.

Il s’agit, là encore, d’un nouveau sommet.

Un seuil inégalé

«Champion du Ritalin» depuis une décennie, le Québec domine plus que jamais les autres provinces canadiennes à ce chapitre.

Alors qu’elle compte pour moins du quart de la population, la Belle Province a généré la vente de 38 % des comprimés de méthylphénidate au Canada, un seuil inégalé.

Il y a six mois, d’autres données avaient démontré la même tendance quant aux sommes remboursées par la Régie de l’assurance-maladie pour ce type de médicament.

Mais le portrait global publié aujourd’hui par le Journal révèle qu’il s’agissait seulement de la pointe de l’iceberg.

Société en détresse

«Notre société est en détresse, soupire le docteur en neurosciences Joël Monzée. Il y a un problème au niveau des parents, des enseignants et du personnel psychosocial, qui ne savent pas comment aider les enfants à grandir dans de bonnes conditions, sans avoir recours à la médication», tranche-t-il.

M. Monzée, comme plusieurs experts, s’inquiète de cette situation et pointe du doigt la multiplication des «stresseurs» au sein de la société, en particulier les jeux vidéo, pour expliquer le phénomène.

La psychiatre Annick Vincent ne partage pas entièrement cet avis.

Selon elle, une multitude de facteurs peuvent être liés à la consommation grandissante des médicaments de la famille du Ritalin, dont l’amélioration du traitement et du diagnostic du TDAH.

«Actuellement, on a des médecins qui sont mieux formés pour diagnostiquer, on a un meilleur accès à la médication avec notre couverture collective d’assurance médicaments, et on a accès à des produits plus efficaces, mieux tolérés, qui peuvent être utilisés plus longtemps dans la vie de quelqu’un», fait-elle valoir.

Commentaires