/opinion/columnists
Navigation

Des électeurs biaisés ?

Le politicien courtisera l’électeur en titillant ses cordes sensibles, parfois en faisant appel à ses valeurs morales et, trop souvent, en exploitant ses croyances et ses préjugés

Coup d'oeil sur cet article

Comment séduire un électeur ? La recette n’est pas si complexe qu’il y paraît : il suffirait à un politicien d’alimenter nos croyances et nos préjugés. Serions-nous des électeurs biaisés ?

Comment séduire un électeur ? La recette n’est pas si complexe qu’il y paraît : il suffirait à un politicien d’alimenter nos croyances et nos préjugés. Serions-nous des électeurs biaisés ?

Les électeurs sont généralement peu informés. Comme le vote d’un électeur individuel n’a pratiquement aucune influence sur le résultat électoral, il ne dépensera ni temps ni énergie à décortiquer des programmes électoraux obscurs et complexes. Les électeurs sont donc des ignorants rationnels.

Le politicien averti le sait. Il courtisera l’électeur en titillant ses cordes sensibles, parfois en faisant appel à ses valeurs morales et, trop souvent, en exploitant ses croyances et ses préjugés.

L’économiste américain Bryan Caplan a identifié quatre familles de croyances ou des biais qui sont généralement partagés par les votants sur les questions économiques. Ce sont des préjugés sur lesquels nos politiciens jouent abondamment dans la présente campagne.

Un biais contre le marché :

les électeurs sous-estiment les avantages économiques du mécanisme de marché

Ce préjugé est très fort au Québec. Un récent sondage effectué par CROP, pour le compte de Cogeco, nous révélait que la moitié des Québécois croient que les entreprises privées ne profitent pas à la société.

Il est vrai que nos grands partis politiques ne s’opposent pas formellement à l’économie de marché. Par contre, ils promettent tous d’encadrer et de superviser son développement, c’est-à-dire de réglementer encore davantage une économie déjà surréglementée. La chasse au «capitalisme nuisible» est toujours prolifique en période électorale.

Un biais contre les étrangers :

les électeurs sous-estiment les avantages des interactions avec les étrangers

Notre interminable débat sur la charte des valeurs québécoises en a fait une éloquente démonstration : l’étranger est menaçant. Il en va de même de tous ces travailleurs, entreprises et produits étrangers dont on imagine qu’ils constituent une menace pour notre identité, notre langue, notre sécurité, nos emplois. On gagnerait même des élections à se protéger des étrangers. C’est du moins ce que prédisent de récents sondages.

Un biais de création d’emploi :

les électeurs mesurent la valeur d’un projet économique en termes de création d’emploi plutôt qu’en termes de rentabilité et de création de richesse

Au Québec, le progrès technologique et les innovations sont souvent perçus comme destructeur d’emplois. Même si en principe nos gouvernements ne peuvent créer d’emplois sans détruire l’équivalent ailleurs dans l’économie, nos grands partis ont tous l’ambition d’investir des milliards de fonds publics pour mettre de l’avant le plan du siècle : celui qui créera des centaines de milliers d’emplois. La plupart du temps, cependant, on freinera les projets novateurs et on utilisera ces fonds pour subventionner des canards boiteux qui permettent de sauvegarder des emplois visibles… mais peu productifs.

Un biais pessimiste :

quand tout va mal

Enfin, nous aurions tendance à être pessimistes, c’est-à-dire à juger avec sévérité nos problèmes économiques. Tout irait mal au Québec et nous serions en crise économique permanente. C’est pourquoi chaque parti de l’opposition nous fera la promesse solennelle de nous sortir du marasme économique dans lequel nous a embourbés le précédent gouvernement.

Commentaires