/entertainment/music
Navigation
Luisa Pepe

« J’ai tout fait pour plaire. Je quitte »

Coup d'oeil sur cet article

Trop grosse, trop laide, trop vieille, trop «matante», trop «grébiche», trop anglophone, trop italienne, pas assez italienne: Luisa Pepe a tout entendu. Aujourd’hui, son estime d’elle-même est détruite. Elle quitte le monde de la musique.

Trop grosse, trop laide, trop vieille, trop «matante», trop «grébiche», trop anglophone, trop italienne, pas assez italienne: Luisa Pepe a tout entendu. Aujourd’hui, son estime d’elle-même est détruite. Elle quitte le monde de la musique.

Chanteuse qui évolue dans le milieu dance depuis 20 ans, Luisa Pepe a collaboré avec plusieurs dj dont MC Mario. Ses chansons se sont retrouvées sur des dizaines de compilations, vendues à plus de 500 000 copies dans le monde. Sa chanson la plus connue est une reprise en français de My Heart Goes Boom du groupe French Affair. La pièce s’est vendue à plus de 150 000 copies. On peut aussi l’entendre sur Can You Feel it, de MC Mario, sortie au début des années 2000.

Mais Luisa Pepe n’a jamais correspondu au standard de beauté qui semble être nécessaire pour faire carrière en musique. Et le milieu du dance est sans pitié. Les chanteuses qui n’entrent pas dans le moule doivent se cacher ou tout simplement laisser tomber. Luisa Pepe estime que ses 20 ans dans l’industrie de la musique ont complètement détruit son estime d’elle-même. «À un certain moment, je ne voulais même plus sortir de chez moi. Je. Me. Déteste.», dit-elle, en pesant bien ses mots.

Pourtant, MC Mario ne tarit pas d’éloges envers son talent.

Méchanceté gratuite

Des exemples de commentaires haineux sur son apparence, Luisa en a à la tonne. «Une fois, je faisais une tournée de clubs et un gars m’a dit: “J’espère que tu ne charges pas à la livre, ça va me coûter cher”», raconte-t-elle. Il y a quelques années, le propriétaire d’un club où elle devait chanter a refusé de la laisser entrer lorsqu’il l’a vue. «Il m’a regardé de bas en haut, dit-elle en imitant le regard de l’homme qui l’a regardée des pieds à la tête avec dégoût, et m’a dit: non. J’ai dû commencer à chanter a cappella devant lui pour qu’il me laisse entrer.»

Profondément affectée

La chanteuse affirme avoir tout fait pour plaire à l’industrie, sans succès. «Même quand j’ai perdu 75 livres, j’étais encore trop grosse. Ce n’était jamais assez. J’essayais de perdre du poids pour quelqu’un d’autre, pour répondre aux attentes, souligne-t-elle. On me disait: elle est trop grosse, alors je perdais du poids. On me disait: elle est trop laide, alors je changeais mes cheveux. Qu’est-ce qu’il veut? Blonde? Rousse? Noire? Châtaine? C’est quoi la couleur qu’il faut pour qu’on arrête de dire que je suis laide? C’est tordu», estime-t-elle.

À maintes reprises, Luisa a consulté des médecins et des psychologues pour l’aider à reconstruire son estime. «Je ne sais plus combien de fois je suis allée chez le médecin. Mon thérapeute ne sait plus quoi me dire», soutient-elle.

Incapable de faire comme si la situation ne l’affectait pas, Luisa s’est rendue à l’évidence: il est temps pour elle de se retirer. «Ça m’a affectée au point où je ne donne plus des prestations comme je le voudrais. Ma voix ne sort plus comme avant, j’ai peur», confie-t-elle.

Se retrouver

Mère de trois jeunes filles, Luisa s’inquiète de l’exemple qu’elle leur donne. «J’essaie de leur apprendre à bien manger et à apprécier l’activité physique, dit-elle. Mais quand j’ai eu ma première, j’avais tellement peur qu’elle devienne grosse et qu’elle vive ce que je vis.»

Avant de quitter, Luisa donnera un dernier spectacle, question de dire adieu à ses admirateurs et à ses proches. Elle interprétera plusieurs pièces tirées de ses quatre albums. «Je vais faire ce spectacle et c’est mon last call. Ensuite, je ne sais pas ce que je vais faire», dit-elle.


Luisa Pepe donnera son dernier spectacle le 5 avril au retaurant Le Cinq (ancien 1234), à 22 h.

 


Commentaires