/homepage
Navigation
HP Chromebook 14

Pour les mordus de Google

HP Chromebook 14
Photo HP.com

Coup d'oeil sur cet article

Les Chromebook se taillent lentement mais sûrement leur place dans le marché canadien des ordinateurs portables. Les premiers modèles offraient une performance et une polyvalence limitée, mais leur très bas prix et la promesse de tout faire dans le «nuage informatique» continuent d’attirer les adeptes d’informatique mobile et connectée.

Les Chromebook se taillent lentement mais sûrement leur place dans le marché canadien des ordinateurs portables. Les premiers modèles offraient une performance et une polyvalence limitée, mais leur très bas prix et la promesse de tout faire dans le «nuage informatique» continuent d'attirer les adeptes d'informatique mobile et connectée.

Le Chrome OS, un système d'exploitation plutôt léger conçu par Google, a de quoi attirer les inconditionnels du géant californien: ne comportant que le strict minimum pour faire fonctionner la machine, Chrome OS recourt aux nombreuses applications web de Google ainsi qu'à toutes les autres développées par des tiers, afin de remplacer ces logiciels, parfois coûteux, qu'on doit installer sur un PC traditionnel pour fonctionner normalement.

Détail non négligeable, le Chromebook force l'utilisateur à sauvegarder ses documents, photos et autres contenus sur des serveurs distants, ce qui s'avère fort pratique si jamais son portable est égaré, volé ou endommagé de façon irrécupérable.

Moyennant un prix de 320 $, le Chromebook 14 de HP offre en prime un grand écran (ses concurrents se contentent généralement d'un écran de 11 pouces), un processeur Intel de performance correcte et 16 gigaoctets de stockage interne, plus une fente pour carte SD. Une sortie HDMI et des ports USB 3 en font un appareil plus polyvalent que la moyenne, et son autonomie est d'un peu moins de 8 heures.

Bref, sur papier, c'est une bonne affaire.

Des irritants

Au quotidien, on doit contourner quelques irritants pour en profiter pleinement.

En ce qui concerne les applications web, ce n'est pas exactement l'Eldorado qu’on nous promettait: la plupart ne sont pleinement fonctionnelles qu'en échange d'un abonnement mensuel. D'autres sont carrément inaccessibles à l'intérieur des frontières canadiennes.

Et cela est vrai tant du côté des applications de divertissement (musique, films, etc.) que du côté des applications de bureautique ou professionnelles. Pour le commun des mortels, l'économie promise par un écosystème de services accessibles à partir d'une fenêtre de navigateur web, qui doit faire oublier l'interface minimaliste et limitée des Chromebook (même si on peut ouvrir autant d'onglets qu'on le souhaite en arrière-plan), n'est pas aussi grande que prévu.

Bref, il faut aimer tout particulièrement cet environnement en nuages, ou être un brin bidouilleur, pour y trouver son compte.

Les néophytes pourraient être déçus.

Les autres, surtout ceux qui ont le béguin pour les produits Google, aimeront tout particulièrement le Chromebook 14 de HP, ne serait-ce que pour son écran un peu plus grand que les autres.

 

Commentaires