/sports/ski
Navigation
Ski de fond

« Pas pire pour un p’tit Canadien »

Alex Harvey troisième au classement final de la Coupe du monde

Alex Harvey
Photo AFP Il ne manquait que les ailes, hier, à Alex Harvey, qui flottait sur un nuage après sa deuxième position au 15 km. Un résultat qui lui a permis de terminer sur le podium du classement final de la Coupe du monde.

Coup d'oeil sur cet article

Alex Harvey va passer un bel été. À sa sixième année en Coupe du monde de ski de fond, il pose le pied dans l’histoire de son sport en devenant le premier Québécois à terminer la saison dans le trio de tête du classement général.

Au dernier rendez-vous de l’hiver à Falun, pendant que la longueur de l’année olympique pesait sur les plus grosses pointures du circuit, Harvey a démontré qu’il en avait encore dans les jambes. Après sa victoire de samedi au skiathlon de 30 km, il a conservé le rythme en terminant deuxième de la poursuite de 15 km d’hier en style libre.

Les 250 points obtenus au cours de ce minitour lui ont permis de passer de la quatrième à la troisième place du tableau ultime.

«Pas pire pour un p’tit Canadien!», a illustré Harvey, joint en Suède en milieu de soirée, et qui a du coup voulu saluer le travail d’équipe.

«Pendant que les skieurs européens retournent régulièrement à la maison, nous, nous passons tout l’hiver en Europe, alors ça représente beaucoup que d’être encore dans le coup à la fin de l’année. Pour ça, les skieurs européens ont beaucoup de respect pour nous. Ma troisième place démontre toute l’importance du travail d’équipe, que ce soient les farteurs, les entraîneurs, les massothérapeutes, sans qui il serait impossible de tenir le coup».

Constance et polyvalence

Auteur de six podiums en saison, dont trois victoires, le skieur de 25 ans attribue son succès global à sa polyvalence et à sa constance développées depuis son entrée en Coupe du monde.

«Quand j’étais jeune et même dans mes meilleures années juniors, je n’étais pas constant. Mais cette année, j’ai gagné des courses de 30 km et des sprints, et j’ai eu une constance du début à la fin. C’est pour cette raison que je suis ainsi récompensé. J’ai toujours eu une belle confiance en moi, mais ce qui m’arrive augmentera ma confiance», a partagé le fondeur de Saint-Ferréol, qui rentre à la maison aujourd’hui après une absence de près de cinq mois.

Un « trip » du début à la fin

Cette fin heureuse a fait oublier pour un temps l’épisode olympique qui ne lui a pas souri.

«Je n’ai pas eu les résultats souhaités à Sotchi, mais je ne peux pas dire avoir connu des moments très difficiles durant l’année. Il a manqué de magie durant les Jeux, mais ç’a été bon de repartir tout de suite la semaine suivante. Non, j’ai vraiment “tripé” du début à la fin.»

Commentaires