/sports/ski
Navigation
Ski acrobatique

Quatre médailles québécoises à Voss

QMI_qmi_1401092337002
JIM URQUHART/USA TODAY SPORTS

Coup d'oeil sur cet article

 Les bosseurs québécois ont poursuivi leur domination sur la scène internationale dimanche, en raflant quatre des six médailles à l’enjeu lors de l’épreuve de duels à la Coupe du monde de ski acrobatique de Voss, en Norvège. 

Mikaël Kingsbury a signé la 21e victoire de sa carrière en Coupe du monde en devançant en finale Alexandre Bilodeau. Chez les femmes Justine Dufour-Lapointe a pris le deuxième rang et Chloé Dufour-Lapointe a obtenu le bronze.
 
Respectivement premier et deuxième des qualifications, Kingsbury et Bilodeau ont chacun remporté leurs trois duels avant de se faire face en grande finale. Kingsbury, de Deux-Montagnes, a eu la faveur des juges, pour devenir du même coup le Canadien détenant le plus de victoires en Coupe du monde de bosses. En remportant une deuxième médaille d’argent en deux jours, Bilodeau, de Rosemère, a quant à lui décroché une 47e médaille en Coupe du monde, égalant du même coup la marque canadienne de Jean-Luc Brassard.
 
«Ça s’est très bien passé aujourd’hui (dimanche), de A à Z», a affirmé Kingsbury qui a réussi la performance qu’il avait visualisée. «Après avoir raté mon saut du bas en super finale hier [samedi], ça m’a beaucoup motivé pour aujourd’hui [dimanche]», a ajouté celui qui avait pris le quatrième rang de l’épreuve en simple, samedi.
 
Malgré sa première place au terme des qualifications, Kingsbury a décidé de changer de stratégie pour les rondes éliminatoires. «Je ne trouvais pas que j’étais suffisamment rapide pour gagner en conservant la même ligne alors j’ai profité de ma dernière descente d’entraînement pour en essayer une autre et ç’a marché. J’avais l’impression que c’était celle qui me permettrait de l’emporter et ça m’a bien servi», a mentionné celui qui s’est défait du Suisse Marco Tade ainsi que des Américains Jeremy Cota et Bradley Wilson avant d’affronter Bilodeau.
 
En finale, Kingsbury s’est imposé grâce à 19 points contre 16. «J’étais tellement concentré sur ce que j’avais à faire pour essayer d’être parfait sur tous les points que je ne me souviens pas vraiment du reste. Je ne voulais pas faire d’erreurs et je voulais être le plus rapide. Je ne savais pas comment Alex avait skié à côté de moi, mais je savais que j’avais fait la descente que je voulais faire contre lui. Je suis vraiment content que ç’a ait bien fonctionné.»
 
La performance du Québécois vers sa 21e victoire en Coupe du monde a donc été sans faille. Il n’y avait pas meilleur moyen pour le principal intéressé de réécrire l’histoire canadienne, succédant à Jean-Luc Brassard dont le palmarès compte 20 médailles d’or. «Je suis vraiment fier, surtout que je me souviens d’avoir vu Jean-Luc en action en Coupe du monde lorsque j’étais tout jeune. C’est un modèle pour moi et tous les skieurs de bosses alors de me retrouver devant lui est vraiment incroyable.»
 
«Je suis un gars qui adore les records et les statistiques alors c’est vraiment tout un “feeling” aujourd’hui d’avoir réalisé ça.»
 
Bilodeau a de son côté entamé la phase des duels en éliminant l’Américain Troy Murphy en huitième de finale, puis son compatriote Simon Lemieux en quarts. Le Québécois a obtenu son laissez-passer pour la finale en s’imposant au tour suivant face au Russe Alexandr Smyshlyaev, vainqueur de l’épreuve en simple de samedi.
 
«J’ai eu de très bons duels, même contre Mikaël, mais j’ai commis une petite erreur à l’atterrissage de mon deuxième saut. En croisant le fil d’arrivée, je savais que si Mikaël n’avait pas fait de grosses erreurs, ça allait aller de son côté», a commenté Bilodeau tout de même satisfait de la façon dont il a skié cette fin de semaine à Voss. «J’ai eu une très bonne constance, malgré des conditions de neige difficiles.»
 
La médaille de bronze est allée à l’Américain Bradley Wilson, qui a remporté la petite finale aux dépens de Smyshlyaev.
 
Simon Lemieux et Simon Pouliot-Cavanagh ont tous deux été battus en quart de finale pour prendre les cinquième et septième places. Philippe Marquis et Pascal-Olivier Gagné ont quant à eux été sortis dans la ronde précédente, terminant 11e et 13e. Marc-Antoine Gagnon a pour sa part été éliminé en qualifications après avoir pris le 18e rang.
 
Posté au premier rang du classement de la Coupe du monde de bosses, Mikaël Kingsbury détient maintenant une avance de 31 points sur son plus proche poursuivant, son coéquipier Alexandre Bilodeau. Avec une épreuve à disputer en Coupe du monde cette saison, il pourrait décrocher un troisième globe de cristal d’affilée. «Ce n’est pas fait encore, mais je vais tout faire pour l’avoir. Il va y avoir de gros duels à gagner, mais je vais me concentrer sur ce que j’ai à faire.»
 
Loin d’abdiquer, Bilodeau sait que l’écart sera difficile à combler. «Mikaël ne fait jamais d’erreurs, alors si toutes les choses vont bien, nous allons nous rencontrer à la fin, mais rendus là, il va être trop tard pour moi.»
 
«C’est pas mal terminé et c’est ce qui est plus difficile à avaler», a admis le double champion olympique, qui accrochera ses skis à la fin de la présente saison. «Ça s’est joué hier (samedi)», a ajouté celui qui a remis en question une note qui lui a été attribuée par un juge pour l’un de ses sauts en super finale, le reléguant au deuxième rang.
 
Une lutte au sommet à finir
 
En finale féminine, Justine Dufour-Lapointe s’est avouée vaincue face à l’Américaine Hannah Kearney, mais la Montréalaise qui aura 20 ans le 25 mars prochain n’a pas à rougir de sa performance.
 
«J’ai fait mon duel le plus chaud contre Hannah et je pense même que je lui ai fait un peu peur au départ. J’ai vraiment poussé pour donner le ton au duel», a raconté Dufour-Lapointe, qui a eu le dessus sur la Britanno-Colombienne Andi Naude,  la Russe Marika Pertakhiya et sa sœur Maxime dans les premières rondes éliminatoires.
 
Après avoir gagné l’or en simple samedi, Justine était de retour en tête du classement de la Coupe du monde de bosses, mais Kearney a finalement repris l’ascendant dimanche. Seulement cinq points séparent les deux skieuses alors qu’il ne reste qu’une Coupe du monde au programme de la saison 2013-2014. «C’est le scénario parfait pour la dernière course! Je me sens vraiment confiante pour le prochain duel», a affirmé la bosseuse.
 
Les deux autres sœurs Dufour-Lapointe,  Chloé et Maxime, se sont affrontées en petite finale. C’est finalement Chloé qui est sortie victorieuse pour monter sur la troisième marche du podium, reléguant Maxime au quatrième rang.
 
Également des rondes éliminatoires, Audrey Robichaud s’est fait montrer la porte de sortie en huitième de finale où elle s’est avouée vaincue par la Russe Marika Pertakhiya. La skieuse de Val-Bélair a terminé au 10e échelon.
Commentaires
Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.