/travel/destinations
Navigation
Voyager sans souci

Une nouvelle Tunisie

Tunisie
Photo AFP

Coup d'oeil sur cet article

Au Québec, comme dans le monde entier, la Révolution du Jasmin, en Tunisie, a inquiété les voyageurs. Des quelque 19  000 touristes canadiens qui y séjournaient chaque année, il n’en reste plus que 9000. Victime de l’image négative véhiculée dans les médias, la Tunisie attend et espère le retour des visiteurs étrangers.

La formation d’un nouveau gouvernement et la signature d’une nouvelle Constitution ont ramené le calme dans ce pays, où le mot liberté semble désormais flotter sur toutes les lèvres.

C’est ainsi que sont nées de nouvelles entreprises désireuses de travailler différemment de ce qui se faisait autrefois. C’est le cas de Berry Travel Service (www.berrytravel.net), l’agence réceptive agréée par l’Office national du tourisme tunisien. Cette dernière désire favoriser la découverte de cette Nouvelle Tunisie en continuant de miser sur ses plages et son désert, mais en insistant sur la découverte culturelle. Après tout, depuis des millénaires, ce pays a connu de nombreuses civilisations (romaine, turque, italienne, etc.) qui ont laissé de spectaculaires vestiges, dont plusieurs sont aujourd’hui inscrits au patrimoine de l’UNESCO.

Vent de liberté

Afin de redonner un peu d’espoir à tous ceux qui vivent du secteur touristique (hôteliers, restaurateurs, artisans, etc.), l’Office du tourisme tunisien et BTS rappellent que le français est la seconde langue en Tunisie, que le coût de la vie y est moins élevé et que le taux de change est avantageux. De plus, si les plages et le désert demeurent invitants, la Tunisie mise également sur ses 60 centres de thalasso-thérapie, ses terrains de golf, la possibilité de longs séjours et ses infrastructures permettant le tourisme de santé, de congrès et les vacances en famille, sans oublier l’arrivée prochaine d’un vol direct Montréal-Tunis. Exploité par Syphax Airlines (www.flysyphax.com), ce dernier aura lieu tous les vendredis, et ce, dès le 25 avril.

Commentaires