/misc
Navigation

L'agriculture, cette éternelle oubliée.

Coup d'oeil sur cet article

Dans le débat électoral d'hier, le mot agriculture n'a pas été prononcé, ni de près ni de loin, même pas dans sa partie alimentaire. On aurait pu au moins dire « cabane à sucre » pour faire un clin d'oeil aux demandes d'accommodements raisonnables. Ou encore, prononcer du bout des lèvres « fromage artisans » en référence au traité de libre-échange avec l'Europe qui fera une compétition déloyale aux artisans-fromagers de chez nous.

Bon, vous me direz que personne n'a dit « Colisée de Québec », et qu'on ne se souvient même pas s'ils  ont parlé d'éducation. C'est vrai. Pourtant ils ont tous eu l'air de se préoccuper de l'identité du peuple québécois! Eh bien je leur annonce que l'agriculture fait partie de notre identité.  

Dans le mot « agriculture », il y a le mot « culture » et dans le mot culture il y a le mot « culte ».

L'agriculture est reliée autant à l'identité personnelle qu'à celle d'une nation. Elle entre même en relation avec le divin au travers de la plupart des religions et autres pratiques qui incorporent des éléments provenant des fruits de la terre. Si je vous dis France, Italie, Californie, Suisse, il vous vient des images de nourriture.

Il y a peu de domaines qui traversent autant l'identité d'un être humain que la nourriture provenant du travail des artisans et des paysans. En ce moment précis, une bonne partie des familles québécoise pensent temps des sucres. C'est ça l'identité, bien avant le projet de charte.

Pourtant l'agriculture ne se retrouve pratiquement jamais dans une campagne électorale et encore moins dans un débat des chefs. Peut-être que je ne parle pas un langage compréhensible pour les partis? D'accord, alors si je vous parle d'argent vous écouterez?

L'agriculture au Québec c'est un peu plus de 28 000 entreprises dont la majeure partie sont des PME très importantes dans les régions. Si on inclut tous le secteur de l'agroalimentaire (agriculture, transformation, commerce et restauration), c’est plus de 450 000 emplois contribuant à  6 % du produit intérieur brut du Québec en 2007.

C'est aussi 50 % de terre en friches, car on manque d'agriculteur. C'est aussi un faible 50 % d'autosuffisance alimentaire comparée au 74 % de l'époque du ministre Jean Garon. C'est aussi 80 % des besoins alimentaires de nos institutions de santé qui sont confiés à des sociétés américaines. C'est aussi une standardisation qui dissout dans des dollars d'exportation le mot « culture ».

Mais l'agriculture c'est surtout des hommes et des femmes qui mériteraient mieux.

Vous m'écoutez maintenant?

 

7 commentaire(s)

anne sophie dit :
21 mars 2014 à 11 h 23 min

C'est aussi combien de subventions (lait....)?

Marie-pier dit :
21 mars 2014 à 12 h 17 min

@Anne sophie. La production de lait ne recoit pas de subvention au Canada. C'est un système de gestion de l'offre qui a été mis en place. Cette facon de faire ne demande aucun argent des contribuables, rassurez-vous. Vous pouvez donc parler des subventions aux producteurs de porc ou de boeuf mais pas aux producteurs de lait ni de poulet d'ailleurs. Si vous êtes pour vous plaindre de l'argent comme verse à ceux qui nous nourrissent de grâce faites-le avec des informations justes!

Sylvain Latulippe dit :
21 mars 2014 à 12 h 19 min

@ Anne Sophie

C'est environ 1 000 fois moins que les subventions à l'entreprise privée. De plus, les agriculteurs ne peuvent pas menacer de partir avec leur terre pour s'établir ailleurs, donc l'argent octroyé reste au Québec. Vous devriez savoir que nos voisins du sud, pourtant très de droite, subventionne à coup de milliards leur agriculture. Il ne le font pas directement et se cachent derrière différents autres programmes. Nos agriculteurs sont juste ceux qui nous nourrissent et le jour ou nous dépendront des autres pour le faire, ce sera le jour ou nous seront obligé de donner nos ressources naturels en échange de prix raisonnable pour la nourriture. Vous pensez peut-être que les IGA, Métro et Provigo de ce monde possèdent des mines de fromage, des usines à légumes et des puits pour le lait, mais il en est rien. Vous devriez en apprendre d'avantage sur cette industrie qui comble notre besoin premier qui est de manger.

Jean-Charles Toupin dit :
21 mars 2014 à 15 h 04 min

Selon moi, un peuple est un peuple indépendant lorsque la nourriture qui remplient ses assiettes a été produite sur ses terres. Alors, avant de penser à faire de ces terres un pays, il faudrait bien commencer à penser à manger ce qu'elles produisent au lieu de rien faire et de laisser le temps aller à force de lancer des paroles en l'air. Puisque pendant ce temps, les autres en profitent pour remplir nos assiettes de leurs produits pour que que l'on soit complètement dépendant d'eux. Selon moi, il faudrait retourner dans les années ou des ministres comme Jean Garon ne faissaient pas que seulement lancer des paroles en l'air, mais accomplissaient des vrai choses pour aider les producteurs agricoles.

anne sophie dit :
21 mars 2014 à 15 h 12 min

@ Marie-Pierre La gestion de l'offre n'est pas une subvention des contribuables. Ne jouons pas sur les mots.C'est une subvention des consommateurs et j'ai besoin d' acheter mon lait pour etre en sante. @ Sylvain Latulippe Les subventions des agriculteurs du Sud sont nefastes pour la Societe en general. Elles affament en autres les agriculteurs africains qui n'arrivent pas a produire localement a un prix competitif par rapport au prix des importations (entre autres americaines et canadiennes). Si vous voulez avoir une bonne idee des problemes qu'engendre une agriculture subventionnee (et par la j'entends subventionnee pour l'exportation) , veuillez regarder ce qui se passe en Europe.L'Ukraine, qu'on appelait autrefois le grenier de l'Europe, n'arrive pas a exporter ses cereales dans l'Union Europeenne a cause des subventions . Je ne connais rtien a cette industrie mais je peux vous dire qu'en tant que consommateur, les produits qu'on retrouve chez IGA, Metro et Provigo, c'est de la merde. Alors, vous n'allez pas me faire pleurer.

anne sophie dit :
21 mars 2014 à 15 h 28 min

Pour ceux qui veulent me faire pleurer, googlez" revenus agriculteurs Quebec" et allez prendre l'information chez Statistiques Canada. Vous etes (a priori ) au dessus de la moyenne du revenu familial quebecois moyen. Alors, faites un effort.; faites de la bonne bouffe qui a du gout , des vitamines , qui n'est parfaitement formatee , avec moins de pesticides, fongicides....

francois450 dit :
22 mars 2014 à 7 h 36 min

anne sophie: "Je ne connais rtien a cette industrie mais je peux vous dire qu’en tant que consommateur, les produits qu’on retrouve chez IGA, Metro et Provigo, c’est de la merde"

Merci d'avouer que tu ne connais rien en agriculture, ça explique tes commentaires...Et dit moi, où achète-tu tes denrées alimentaires alors????

anne sophie: Alors, faites un effort.; faites de la bonne bouffe qui a du gout , des vitamines , qui n’est parfaitement formatee , avec moins de pesticides, fongicides...."

Bien oui c'est bien meilleur et plus santé d'acheter des produits d'Amérique du sud ou d'Asie où il n'y a pratiquement pas de règlementation.

Et pour les revenus, c'est vrai que c'est payant. J'ai été agriculteur 11 ans et j'ai changé de voie; j'étais tanné de travailler à....$2. de l'heure (revenus vs heures de travail)....Je roulais sur l'or youppieee!!!!