/news
Navigation
Rive-Sud

Des wagons-citernes remplis de pétrole pourraient circuler tous les jours dans plusieurs villes de la Rive-Sud

QMI_qmi__1304161517001
PHOTO ARCHIVES/ROBERT GOSSELIN/L'INFORMATION DE SAINTE-JULIE/AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

Un train rempli de pétrole lourd, provenant de l’Ouest canadien et des sables bitumeux de l’Alberta, pourrait traverser tous les jours de nombreuses villes de la Rive-Sud dont Saint-Bruno, Boucherville, Varennes, Verchères et Contrecœur, à compter de juin prochain, selon ce qu’a appris le journal La Seigneurie.

Au total, ce sont jusqu’à 60 wagons-citernes contenant potentiellement jusqu’à 30 000 barils de pétrole lourd qui pourraient traverser quotidiennement le cœur de ces municipalités.

C’est la multinationale Suncor qui se chargera du transport et qui utilisera le chemin de fer du Canadien National qui traverse plusieurs villes de la Rive-Sud pour se rendre à Sorel-Tracy.

L’entreprise Kildair Service, de Sorel-Tracy, qui a reconverti cinq des sept réservoirs achetés en 2011 à la défunte centrale thermique d’Hydro-Québec, se chargera de recevoir, d’entreposer et de redistribuer le pétrole.

«Chacun de nos réservoirs peut contenir 200 000 barils de pétrole lourd», a précisé Daniel Morin, le PDG de Kildair Service, dont le siège social est à Joliette.

«C’est certain que ces trains passeront par toutes ces municipalités de la Rive-Sud. Il s’agit d’un nouveau segment pour nous. Nous avions le transport du mazout lourd et du bitume. On ajoutera, dès le mois de juin, le pétrole lourd.»

M. Morin se dit conscient que la question de la sécurité sera sur toutes les lèvres. «Le CN, c’est plus sérieux que MMA. Et les règles de sécurité ont été haussées par Transports Canada depuis Lac-Mégantic.»

De son côté, Louis-Antoine Paquin, porte-parole du CN, confirme être au courant du projet. «Le CN négocie toujours avec Suncor, son client, et nous allons commenter lorsqu'il y aura une annonce officielle.»

Des citoyens inquiets

Le maire de Varennes, Martin Damphousse, savait que pareil scénario se préparait. «Il n'est pas facile d'avoir des informations de ces entreprises. Il y a un comité de directeurs généraux des villes concernées qui a été créé et qui va nous soumettre des recommandations sous peu. Nous suivons la situation de près.»

La mairesse de Contrecœur, Suzanne Dansereau, ne s’opposera pas au passage du pétrole. «Même si on n’en voulait pas, de ce train, il va passer pareil. Je pense que les maires des villes concernées vont se réunir bientôt. Et puis, Transports Canada et le CN vont nous informer», a indiqué la mairesse, qui exigera toutefois que les convois passent à basse vitesse dans sa municipalité.

Par ailleurs, des citoyens de Boucherville sont inquiets.

«Ça n’a pas de bon sens. Un train comme celui-là, c’est dangereux», selon Louise Rémi.

«Je n’ai pas le goût de m’endormir le soir en pensant à la tragédie de Lac-Mégantic», a ajouté Monique Marion, membre du nouveau comité Alerte Pétrole Rive-sud.

Commentaires