/entertainment/shows
Navigation
Spectacles

3,5 tonnes de riz sur scène: le spectacle Songs of the Wanderers, de la compagnie taiwanaise Cloud Gate Dance Theatre présenté à la Place des arts

Coup d'oeil sur cet article

Depuis 20 ans, la compagnie taiwanaise Cloud Gate Dance Theatre voyage à travers le monde avec un spectacle dont le principal élément de décor est 3,5 tonnes de riz. Ce soir, la troupe de danse donne sa 200e représentation, à Montréal.

Depuis 20 ans, la compagnie taiwanaise Cloud Gate Dance Theatre voyage à travers le monde avec un spectacle dont le principal élément de décor est 3,5 tonnes de riz. Ce soir, la troupe de danse donne sa 200e représentation, à Montréal.

Sur scène, les 24 danseurs bougent, pieds nus, sur un tapis de riz. Tout au long du spectacle, des sacs installés dans le haut de la scène laissent s’écouler un peu plus de 2 tonnes de riz sur la tête des danseurs et d’un acteur qui demeure immobile durant toute la durée du spectacle. Si l’effet visuel et sonore est fascinant, l’idée comporte tout de même son lot de défis.

Entretien complexe

Pas facile de franchir les douanes avec 3,5 tonnes de riz dans 200 barils. «D’un pays à l’autre, les règles sont différentes. C’est toujours un peu compliqué, explique la directrice artistique adjointe de la compagnie, Lee Ching Chun, mais la plupart du temps ça va. On n’a jamais eu besoin d’annuler une représentation à cause du riz.»

La question de l’entretien est également complexe. Après chaque représentation, il faut nettoyer le riz pour le débarrasser des cheveux et de tout autre résidu qui pourrait s’y trouver. «Ça prend environ huit heures à deux techniciens», indique Alain Caron, directeur de production chez Danse Danse, la compagnie québécoise qui présente le spectacle à Montréal.

Pour les danseurs, bouger sur du riz est un véritable défi. «C’est glissant et ça fait mal. Il faut être bien ancré au sol. Le spectacle demande un entraînement intense pour apprendre à distribuer son poids, un peu comme dans les arts martiaux chinois», mentionne Lee Ching Chun.

Sacré

Intitulé Songs of the Wanderers, le spectacle n’a pas de personnages ni d’histoire. Il représente la quête de la paix intérieure.

L’idée d’utiliser du riz est apparue dans la tête du chorégraphe Lin Hwai-Min il y a bien longtemps. «À Taiwan, le riz est quelque chose de sacré, explique la directrice artistique. Il est interdit d’y toucher. C’est pour manger, pas pour jouer», dit-elle. Aimant défier l’ordre établi, le chorégraphe a grandi avec cette idée de créer un jour un spectacle avec du riz.


Songs of the Wanderers est présenté au Théâtre Maisonneuve de la Place des arts jusqu’à samedi.

Commentaires