/news/currentevents
Navigation
Contravention de 537$

Des déménageurs de Saint-Jérôme pestent contre Montréal

demenageur
Photo CDM Claude Cormier Charles Howarth, copropriétaire de Déménagement famille Dagenais, a été stupéfait de recevoir une contravention de 537 $ pour avoir déménagé l’un de ses clients à Montréal sans en avoir préalablement demandé l’autorisation.

Coup d'oeil sur cet article

SAINT-JÉRÔME - Michaël Dagenais et Charles Howarth, propriétaires de Déménagement famille Dagenais de Saint-Jérôme, ont récemment reçu de la Ville de Montréal une contravention de 537 $ pour « avoir occupé l’espace public sans autorisation » lors d’un déménagement réalisé en juin 2013. Furieux, ils souhaitent dénoncer cette situation.

Le 19 juin dernier, des employés de cette entreprise jérômienne stationnent leur camion de déménagement « de façon sécuritaire » devant l’immeuble de leur client, boulevard René-Lévesque à Montréal, afin de le vider de son contenu. Prêts à décharger, les deux hommes sont toutefois prévenus par un policier qu’ils ne peuvent procéder sans une autorisation conforme, celle-ci étant délivrée sous forme d’un permis.

« Comment est-ce qu’on pouvait savoir qu’on avait besoin d’une autorisation ? s’insurge Michaël Dagenais. Il est impossible de connaître les règlements municipaux de chaque ville. Si Montréal ne veut pas de visiteurs qu’on nous le dise ! »

M. Dagenais aurait apprécié que le policier « use de jugement » en donnant plutôt un avertissement à ses employés « pour que la prochaine fois ils connaissent la marche à suivre au lieu d’appliquer une loi cachée pour les prendre en défaut.».

« C’est ça notre récompense pour s’être levé le matin, être allé travailler et avoir stimulé l’économie de Montréal ? », rage l’entrepreneur.

« Je ne peux pas laisser ça comme ça ! Je veux parler avec le maire Denis Coderre, ajoute son partenaire Charles Howarth. À mon avis, cette contravention est une taxe déguisée qu’on nous impose pour remplir les coffres de la métropole.»

Règlement à Montréal

Aussi surprenant que cela puisse paraître pour des gens qui ne font habituellement pas affaires avec Montréal, après vérifications auprès de la Ville, la porte-parole de l’arrondissement Ville-Marie, Anik De Repentigny, confirme qu’il existe bel et bien un règlement à cet effet. Ce dernier stipule que l'occupation du domaine public est interdite sans une autorisation conforme et que les entreprises de déménagement doivent donc détenir un permis temporaire.

Le permis, gratuit, est disponible en ligne sur le site Internet de la Ville de Montréal.

Quant aux propriétaires de l’entreprise familiale, ils n’ont pas l’intention de contester cette contravention. « On ne perdra pas une journée de travail qui va nous rapporter 1000 $ pour une contravention de 537 $ », concluent-ils.

 

Commentaires