/misc
Navigation

Montréal recherche un(e) Chief Digital Officer pour le bureau de la ville intelligente

Coup d'oeil sur cet article

Grande nouvelle cette semaine à la ville de Montréal.  Évoqué dans ce blogue en janvier dernier,  le maire de Montréal, Denis Coderre, et le vice-président du comité exécutif  Harout Chitilian ont officialisé la mise en place du Bureau de la Ville intelligente et numérique. Cette équipe de quatre personnes (dont notamment un Chief Digital Officer) définira d’ici la fin de l’année de 2014 la stratégie de « Montréal, ville intelligente et numérique 2014 », qui s’articulera autour de quatre axes :

i) Collecter : transparence de gestion; gouvernement ouvert

• Libérer massivement les données et développer des outils de visualisation pour mettre en valeur celles-ci. • Collecter et analyser les données télémétriques pour accroître le contrôle et l’optimisation de l’usage des ressources publiques.

ii) Communiquer : système d'accès; diffusion d'information

• Développer une plate-forme web et des applications mobiles pour diffuser l’information en temps réel aux citoyens. • Déployer les infrastructures de réseaux filaires et sans fil (WIFI) à large bande. • Mettre en place des centres d’apprentissages et de création locaux des nouvelles technologies.

iii) Coordonner : services publics numériques

• Développer des systèmes intelligents de gestion du transport, des infrastructures, de la sécurité, de l’énergie, de l’eau, et de l’environnement. • Numériser les services publics tout en préservant les moyens traditionnels (311, émission de permis, etc.).

iv) Collaborer : accompagner l'industrie; stimuler l'innovation et la créativité

• Accompagner les acteurs privés et institutionnels pour mettre en place un réseau d’incubateurs et d’accélérateurs d’entreprises en technologie. • Soutenir les besoins des « start-ups » technologiques. • Favoriser l’usage du domaine public comme laboratoire pour tester des solutions novatrices à des enjeux municipaux.

Questionné sur les projets de développement informatique, À l'émission « Les Oranges Pressées » jeudi matin, M. Chitilian a déclaré que « l'Administration veut renforcer l'expertise interne, mais qu'elle n'aura pas peur d'aller voir des start-ups et de leur demander de contribuer dans cette démarche ».

D'ailleurs, la description de poste de ce Chief Digital Officer vient tout juste d'être publiée. Cette opportunité représente un magnifique défi pour quelqu'un qui devra être visionnaire et rassembleur, mais aussi capable de faire arriver des projets technologiques de grande envergure.

3 commentaire(s)

Alain Michaud dit :
29 mars 2014 à 11 h 11 min

«chief digital officer» Est-ce moi ou vous êtes incapable de traduire ce genre de titre ? Montréal n'est pas une ville bilingue, c'est une ville francophone. Le Journal de Montréal également. Faites un effort svp. être fluent dans les deux langues, c'est bon pour Elvis Gratton.

Sébastien Provencher dit :
29 mars 2014 à 19 h 23 min

M. Michaud,

Merci pour votre commentaire. Le titre du poste en français est « Directeur – Bureau Ville intelligente et numérique ». Dans ce blogue, je fais un effort particulier pour utiliser la grande majorité du temps les traductions recommandées par l’Office de la langue française sur le site GrandDictionnaire.com (même si on rigole de mon utilisation régulière de l’expression « jeunes pousses » pour parler de « start-ups »).

Laissez-moi donc vous expliquer pourquoi j’ai fait un accroc exceptionnel à l’utilisation du titre en français. À mon avis, le candidat ou la candidate qui prendra ce rôle jouera un rôle fondamental dans l’évolution et l’entrée de pleins pieds de la ville de Montréal dans le vingt-et-unième siècle. Il faut donc que cette offre d’emploi circule le plus possible parmi les meilleur(e)s candidat(e)s au Québec et ailleurs.

L’expression « Chief Digital Officer » sera reconnue par ces candidat(e)s comme définissant un rôle de premier plan (du même ordre que « Chief Executive Officer » ou « Chief Technology Officer ». Malheureusement, la simple traduction de « Directeur » ne possède pas cette force et cette identification. Et puisque je souhaite le meilleur pour ma ville, voilà pourquoi j’ai utilisé le titre en anglais.

Michelle Sullivan dit :
29 mars 2014 à 19 h 49 min

Tout à fait d'accord que les deux n'ont pas le même poids aux yeux du public particulièrement concerné. Ce que je comprends, c'est qu'il nous faut une meilleure traduction. Allez l'OLFQ! Gagnez votre pain et proposez-nous un beau titre qui fait autant rêver.