/news/consumer
Navigation
Consommation

Il gagne sa vie en faisant les files d’attente pour les autres

Payé pour attendre en ligne
photo marie-joëlle parent Robert Samuel est premier dans la file des Cronuts chaque matin à 5 h. Ses clients paient 60 $ pour avoir deux Cronuts sans devoir attendre.

Coup d'oeil sur cet article

NEW-YORK | Il y a tellement de files d’attente dans cette ville que certaines personnes gagnent leur vie en faisant la file pour d’autres. Attendre pour un Cronut peut rapporter 60 $ et un iPhone, 600 $.

NEW-YORK | Il y a tellement de files d’attente dans cette ville que certaines personnes gagnent leur vie en faisant la file pour d’autres. Attendre pour un Cronut peut rapporter 60 $ et un iPhone, 600 $.

Après avoir perdu son emploi de vendeur de téléphones, Robert Samuel a eu l’idée, en voyant les files d’attente interminables devant les magasins Apple, de vendre son temps. Il a mis une annonce sur Craigslist et a aussitôt été contacté par un homme du Connecticut qui voulait le dernier iPhone.

«J’étais le 3e en file pour le lancement, il a finalement changé d’idée, mais il m’a quand même payé. J’ai ensuite vendu ma place dans la file pour 100 $ et des caisses de lait à 5 $ aux gens fatigués. Je me suis fait 325 $ en restant debout au même endroit cette journée-là», explique Robert, 38 ans.

Après cette expérience, il a décidé de fonder sa compagnie, SOLD Inc (Same Ole Lines Dude).

«Les New-Yorkais sont très occupés, mais ils veulent être à l’affût des tendances et sont atteints du syndrome FOMO (fear of missing out, que l’on pourrait traduire par la peur de manquer quelque chose)», dit-il.

Robert charge 25 $ pour la première heure d’attente et 10 $ pour chaque demi-heure supplémentaire. Il a une quinzaine de personnes qui travaillent pour lui.

Tendances

Il a déjà attendu pendant 19 heures pour la sortie du iPhone 5S. «Ma cliente voulait quatre iPhones, j’ai touché environ 600 $», dit-il.

New York, ville de 8,4 millions d’habitants, est assoiffée de tendances et il y a toujours une ligne quelque part, que ce soit une vente d’échantillons, un nouveau «pop up shop», les billets de Saturday Night Live, le nouveau restaurant de l’heure ou la dernière folie culinaire comme le Ramen Burger.

Il a déjà attendu deux heures dans la file d’un restaurant de soupes Ramen pour des clients qui voulaient être assurés d’avoir une table.

«On fait aussi la file pour les produits qui sont mis en vente à minuit comme les PlayStation ou X Box», ajoute Robert.

Il doit parfois dormir dehors, c’est arrivé lors du lancement d’une nouvelle chaussure Nike récemment.

«J’ai toute sorte de clients, des gens fortunés, et même des étudiants qui ne veulent pas attendre en file pour s’inscrire à des cours», explique-t-il.

Commentaires