/news/currentevents
Navigation
Météo

Les météorologues prévoient un printemps frisquet et pluvieux

Ceux qui attendent l’arrivée du temps chaud devront encore patienter

GEN-TEMPETE-NEIGE
Photo d’archives 10 cm de neige sont attendus ce matin à Montréal.

Coup d'oeil sur cet article

Les météorologues prévoient un printemps frisquet et pluvieux, rien pour réconforter ceux qui attendent désespérément l’arrivée de la chaleur après l’hiver difficile.

Les météorologues prévoient un printemps frisquet et pluvieux, rien pour réconforter ceux qui attendent désespérément l’arrivée de la chaleur après l’hiver difficile.

Comme si la neige attendue aujourd’hui n’était pas suffisante, le printemps continuera de se faire attendre dans les prochaines semaines, puisque les conditions météo seront en dessous des normales saisonnières.

Environ dix centimètres de neige devraient tomber sur Montréal aujourd’hui et se transformeront en pluie au cours de la journée. Le mercure oscillera entre -7 et 0 °C.

L’Estrie et la Beauce seront plus durement touchées par cette tempête printanière, car environ 30 centimètres de neige s’abattront sur ces régions.

Encore du froid

Selon les météorologues, le printemps sera plutôt frisquet, cette année. Les températures se situeront autour du 5°C, ce qui est encore loin des confortables dix degrés que l’on voit généralement à ce temps-ci de l’année.

«Normalement à Montréal, on a le premier 10 degrés dans les environs du 19 mars. On est pas mal en retard», indique Marie-Josée Grégoire, météorologue à Météomédia.

Notre besoin de chaleur et de beau temps ne sera donc pas comblé avant un bon moment.

«On demeure près de la normale ou légèrement en dessous. Pas de poussée de grande chaleur autour des 20 degrés», mentionne André Cantin, météorologue à Environnement Canada.

Les précipitations seront fréquentes, que ce soit en pluie, en neige fondante et même en neige, si le mercure descend sous le point de congélation la nuit.

Neige persistante

Seule réjouissance, les températures seront assez clémentes pour ranger le gros manteau d’hiver encombrant pour de bon.

«On pourra troquer le gros Canada Goose contre un petit manteau d’automne doublé. Mais le mois d’avril sera un peu traître. On va sentir que la température va monter, mais on aura plus une sensation de fraîcheur qu’une véritable sensation de chaleur», indique-t-elle.

C’est la neige abondante au sol qui ralentit la montée des températures. Plus la neige fondera avec la pluie et le soleil, plus les températures douces se feront sentir.

«On n’a pas eu plus de précipitations de neige qu’à l’habitude. C’est plutôt le froid persistant qui l’a maintenue au sol. On a donc accumulé la neige tout l’hiver, sans qu’elle n’ait vraiment la possibilité de fondre», explique Mme Grégoire.

Même si les prévisions pour l’été ne sont pas encore disponibles, Mme Grégoire s’est montrée rassurante.

«Un hiver merdique, ne veut pas nécessairement dire un été merdique».

Tous les espoirs sont encore permis…

Hiver doux vous dites ?

Certains météorologues avaient prédit un hiver normal, d’autres avaient même poussé l’audace jusqu’à annoncer un temps particulièrement doux.

Le fameux Almanach du peuple, qui y va de ses prédictions chaque année, avait prédit un «hiver plus chaud qu’à l’habitude».

Le site météorologique Accuweather, l’équivalent américain de Météomédia, avait lui aussi prévu que les mois de décembre et janvier seraient particulièrement doux à Montréal.

C’est totalement le contraire qui est arrivé. L’hiver a été particulièrement pénible et n’a offert aucun répit.

«L’hiver s’est installé rapidement dès la fin novembre. Les premières tempêtes de neige sont arrivées tôt et les vagues de froid se sont fait sentir rapidement. La majorité des régions du Québec a été en dessous des normales de trois ou quatre degrés de décembre à mars, c’est énorme», explique Mme Grégoire.

La température la plus froide de l’hiver dans le sud du Québec a été enregistrée non pas en janvier, mais en mars! Il a fait -49 degrés au Lac Benoit dans le Nord-du-Québec, le 3 mars dernier.

Avec la collaboration de Marie-Pier Gagné, Le Journal de Montréal

 
Commentaires
Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.