/lifestyle/books
Navigation
Françoise Bourdin | À feu et à sang

Rivalités et dérives amoureuses en Écosse

Françoise Bourdin
Photo Courtoisie Françoise Bourdin

Coup d'oeil sur cet article

La romancière Françoise Bourdin, une des écrivaines les plus populaires de France, arrivant en quatrième position au palmarès des ventes, présente ce printemps le deuxième tome d’une série contemporaine, réaliste et d’une grande humanité, À feu et à sang.

La romancière Françoise Bourdin, une des écrivaines les plus populaires de France, arrivant en quatrième position au palmarès des ventes, présente ce printemps le deuxième tome d’une série contemporaine, réaliste et d’une grande humanité, À feu et à sang.

La romancière transporte ses lecteurs en Écosse, auprès de la famille Gillespie, qui vit des rivalités, des conflits et des dérives amoureuses dans la suite de D’eau et de feu. Kate et Scott ont eu des jumeaux et sont retournés vivre à Gillespie, où ils cohabitent (difficilement) avec Amélie.

Scott dirige la distillerie et la filature, et Kate a trouvé un poste de professeur de littérature française à Glasgow. Le soir de Noël, Angus fait une crise cardiaque. La question de la succession revient au premier plan et l’ambiance devient explosive.

La romancière présente avec talent des dialogues efficaces, des portraits psychologiques forts de personnages auxquels on s’attache vite et une histoire pleine de rebondissements et profondément humaine. «J’aime bien creuser la psychologie des personnages, me mettre dans leur tête, essayer de savoir ce que moi, je ferais dans ce cas et comment on réagit dans telle situation. J’adore ça!» commente Françoise Bourdin en entrevue téléphonique de France.

L’écrivaine avait très envie de créer une histoire qui allait se dérouler en Écosse, terre de whisky et de châteaux. «Pour un auteur de romans, les paysages écossais, c’est vraiment parlant, c’est très romanesque. Donc, je suis partie passer une dizaine de jours sur la côte ouest de l’Écosse, qui est vraiment très sauvage, et je me suis dit: oui, il faut qu’une histoire se passe là.»

Elle souhaitait écrire sur le thème de la famille recomposée. «Quand il y a des mariages successifs, des enfants qui ne sont pas du même père, comment tout le monde peut arriver à s’entendre... ou à ne pas s’entendre! Même si on arrive à trouver un équilibre dans une famille recomposée, il suffit qu’il y ait un décès et qu’il y ait une histoire de succession et là, à nouveau, c’est la guerre!»

Les questions de succession sont peu exploitées en littérature. «On dirait que les romanciers ont peur de parler d’argent, de parler de choses matérielles. Pourtant, dans la vie, on y est tout le temps confronté. Peut-être qu’ils ne trouvent pas ça assez poétique, mais, moi, je trouve que ça fait partie de la vraie vie. J’aime bien, dans mes histoires, voir quelque chose de très plausible, dont on pourrait se dire: ça pourrait arriver au voisin d’en face, à quelqu’un de ma famille, à un ami proche parce que c’est ancré dans la réalité. Quand il y a un décès dans une famille, beaucoup de choses remontent à la surface et tout le monde en profite pour régler ses comptes.»


Françoise Bourdin figure en quatrième position sur la liste des écrivains ayant vendu le plus de livres cette année en France.


Elle offrira une séance de dédicaces au Salon international du livre de Québec le samedi 12 avril, de 14 h à 15 h.

Commentaires