/sports/ski
Navigation
Ski de fond

Une victoire... pour la forme

Des fondeurs amateurs se mesurent à Alex Harvey dans une course amicale

Alex Harvey garde un attachement pour Rimouski, ville natale du paternel Pierre.
Photo Alexandre D’Astous, collaboration spéciale Alex Harvey garde un attachement pour Rimouski, ville natale du paternel Pierre.

Coup d'oeil sur cet article

Sans surprise, le fondeur Alex Harvey a été le plus rapide à gravir la pente familiale de la station de ski alpin Val-Neigette, à Rimouski, hier, lors d’une compétition amicale tenue en marge de la Coupe du Québec de ski de fond.

RIMOUSKI | Sans surprise, le fondeur Alex Harvey a été le plus rapide à gravir la pente familiale de la station de ski alpin Val-Neigette, à Rimouski, hier, lors d’une compétition amicale tenue en marge de la Coupe du Québec de ski de fond.

Il s’agissait d’une épreuve spectaculaire: la montée en ski de fond (style libre) d’une piste avec une section ayant une pente à 25 %. Les meilleurs skieurs de 14 à 23 ans du Québec ont pu se mesurer au détenteur du troisième rang au classement final de la dernière Coupe du monde.

Harvey a grimpé les 1,1 km de la pente en six minutes et 19 secondes, soit 30 secondes plus vites que le deuxième meilleur skieur. «J’ai eu beaucoup de plaisir, surtout que c’était à Rimouski. Il y avait beaucoup de membres de ma famille qui m’ont encouragé tout le long du parcours. C’est la première fois qu’une telle course est présentée au Québec, a-t-il rappelé.

«Des épreuves similaires sont présentées au Tour de ski. C’est important de bien gérer ses énergies. C’est une épreuve courte, mais sans espace de récupération. C’est pourquoi il ne faut pas partir trop vite puisque la section la plus abrupte est à la toute fin.»

La relève

Alex Harvey a combiné le plaisir de cette course amicale au Gala de Ski de fond Québec, présenté samedi soir à Rimouski. Il a ainsi pu rencontrer la relève québécoise de sa discipline. «Le ski de fond gagne en popularité et c’est au Québec que les inscriptions augmentent le plus. C’est très plaisant de voir ça. J’aime discuter avec les jeunes», a ajouté l’athlète de 25 ans.

Un autre cycle olympique

Alex Harvey a confirmé entreprendre un nouveau cycle d’entraînement de quatre ans devant le mener aux Jeux olympiques de Pyeongchang, en Corée du Sud, en 2018.

«Je me repose en avril et je reprends l’entraînement dès le 1er mai. Ma fin de saison en Coupe du monde a été très satisfaisante, ce qui m’a permis de grimper de la sixième à la troisième place au classement général, a mentionné celui qui poursuit des études en droit à l’Université Laval de Québec.

«Les Jeux de Sotchi ont été difficiles à cause de divers facteurs. C’est sûr que je suis déçu, mais en même temps, ça demeure seulement une compétition.»

Commentaires