/news/currentevents
Navigation

Animaux négligés: une soixantaine de chiens saisis en Abitibi-Témiscamingue

Les animaux ont été amenés dans un refuge d’urgence pour recevoir les soins adéquats

chien maltraités
photo Michael Bernard, HSI/Canadao Les bénévoles ont pu donné un peu d’amour à ses chiens négligés.

Coup d'oeil sur cet article

Une soixantaine de chiens gravement affaiblis ont été secourus hier en Abitibi-Témiscamingue. C’est la deuxième saisie d’animaux négligés en six mois dans la région.

Une soixantaine de chiens gravement affaiblis ont été secourus hier en Abitibi-Témiscamingue. C’est la deuxième saisie d’animaux négligés en six mois dans la région.

C’est le MAPAQ, accompagné de la Humane Society International/Canada (HSI/Canada), qui ont retrouvé les animaux dans un piteux état, entassés dans une résidence.

Les chiots et des chiens de race croisés de grandeur moyenne, notamment des labradors et des golden retrievers, étaient amaigris et affaiblis.

«Les chiens étaient mal nourris et déshydratés. Certains étaient même d’une extrême maigreur, explique Ewa Denianowicz, responsable de campagne pour le HSI/Canada. Ils n’étaient pas dans un endroit approprié en terme de propreté. Leurs poils étaient sales et remplis de noeuds».

Les animaux étaient aussi très anxieux et effrayés lors de l’arrivée du groupe.

«Ils ne recevaient pas les soins de base quotidiens. Il y a eu beaucoup de négligence. Les installations et le personnel étaient inadéquats pour autant de chiens», souligne Mme Denianowicz

C’est grâce à des plaintes de citoyens que le ministère a pu intervenir.

Refuge d’urgence

Les chiens ont été amenés dans un refuge d’urgence, où des spécialistes s’affairent à les remettre sur pied.

«Ils sont nourris, lavés et promenés par nos bénévoles. Ils reçoivent aussi les soins d’un vétérinaire et des spécialistes en comportement travaillent pour les stabiliser», indique-t-elle.

L’objectif est de leur permettre d’être adoptés par une nouvelle famille dans quelques mois.

«On met toutes les chances de notre côté pour les réhabiliter. On souhaite améliorer leur physique et leur comportement pour que nous puissions les remettre à des groupes de sauvetage animal. Ils se chargeront ensuite de leur trouver une nouvelle maison», explique Mme Denianowicz.

Procédures judiciaires

Pendant que les animaux se font soigner, des procédures judiciaires s’engagent. Le propriétaire des chiens peut décider de céder ses animaux à l’État ou encore contester leur saisie. S’il choisit la deuxième option, c’est un juge qui tranchera rapidement du sort des chiens. Il décidera si les animaux peuvent retourner avec leur propriétaire ou s’ils doivent être accueillis dans un milieu plus stable.

Parallèlement, des accusations de négligence sont portées contre le propriétaire, en vertu de la Loi sur la protection sanitaire des animaux.

Deuxième saisie

En octobre dernier, le MAPAQ avait saisi 80 chiens et chiots, majoritairement des bergers allemands et huskies dans la même région.

Mme Denianowicz ne peut faire de liens entre les deux événements.

«C’est une grande région, il se peut qu’il y ait des situations similaires. Mais ce genre de saisie peut arriver partout. Il faut être vigilant, car la négligence ou la maltraitance d’animaux n’est pas propre à une région en particulier», conclut-elle.

 

 

Commentaires