/lifestyle/beautyfashion
Navigation
Mode | La griffe Annie 50

La griffe Annie 50: 100 % québécoise

Coup d'oeil sur cet article

Avec la mondialisation, il est très rare de trouver des vêtements conçus et fabriqués entièrement au Québec. C’est le cas de la griffe Annie 50, issue de deux designers québécoises qui vendent leurs vêtements à travers le Canada depuis près de 20 ans.
La griffe Annie 50
100 % québécoise
Avec la mondialisation, il est très rare de trouver des vêtements conçus et fabriqués entièrement au Québec. C’est le cas de la griffe Annie 50, issue de deux designers québécoises qui vendent leurs vêtements à travers le Canada depuis près de 20 ans.
On reconnaît le style Annie 50 par ses accents vintage inspirés justement des années 1950. Les coupes sont près du corps, mais demeurent confortables, et les détails ajoutent une touche moderne. Les collections respirent la féminité et la coquetterie avec des looks à la fois classiques et funky.

Cette saison, Annie 50 propose une collection plus près des années 60 avec une collection inspirée du sud-ouest américain. On y reconnaît les emblèmes du western, qui ont été revisités, à travers des détails, des dentelles, des pois et du jean évidemment. Les robes ajustées à la taille, les jupes et pantalons à taille haute nous rappellent également cette inspiration country. On se rend même jusqu’à la frontière avec des matières qui renvoient à l’art mexicain, que l’on propose en duo avec le bambou, un tissu contemporain.

Exigeant une production éthique, les collections d’Annie 50 sont distribuées principalement dans des boutiques indépendantes spécialisées dans la vente de vêtements de designers

>
Annie 50, c’est le fruit de deux créatrices, Annie Chagnon et Amélie Gingras-Rioux, qui ont uni leurs talents pour créer des collections empreintes d’originalité.
>
Plusieurs artistes ont adopté le style Annie 50, dont Bianca Gervais, Mara Tremblay et Elizabeth Duperré. Sur cette photo, la chanteuse et mannequin Sophie Vaillancourt jouait les mannequins lors de la dernière Semaine de la mode de Montréal. Robe 185 $
>
Robe 155 $
>
Robe fleurie « Patsy Cline » 175 $
>
Robe noire et blanche 210 $
>
Blouse imprimée 110 $, jupe de denim à taille haute 135 $.
>
Blouse 130 $, jupe de jeans à motifs paisley 135 $.
>
Robe circulaire 185 $
>
Non, ce n’est pas une salopette, il s’agit plutôt d’une blouse 135 $ et d’un pantalon 175 $.
>
Robe bustier à pois 175 $

Avec la mondialisation, il est très rare de trouver des vêtements conçus et fabriqués entièrement au Québec. C’est le cas de la griffe Annie 50, issue de deux designers québécoises qui vendent leurs vêtements à travers le Canada depuis près de 20 ans.

On reconnaît le style Annie 50 par ses accents vintage inspirés justement des années 1950. Les coupes sont près du corps, mais demeurent confortables, et les détails ajoutent une touche moderne. Les collections respirent la féminité et la coquetterie avec des looks à la fois classiques et funky.

Cette saison, Annie 50 propose une collection plus près des années 60 avec une collection inspirée du sud-ouest américain. On y reconnaît les emblèmes du western, qui ont été revisités, à travers des détails, des dentelles, des pois et du jean évidemment. Les robes ajustées à la taille, les jupes et pantalons à taille haute nous rappellent également cette inspiration country. On se rend même jusqu’à la frontière avec des matières qui renvoient à l’art mexicain, que l’on propose en duo avec le bambou, un tissu contemporain.

Exigeant une production éthique, les collections d’Annie 50 sont distribuées principalement dans des boutiques indépendantes spécialisées dans la vente de vêtements de designers

Commentaires