/news/society
Navigation
Abitibi

Il apprend à lire et écrire à 81 ans

lecture
photo Karina Osiecka Après quatre semaines de cours, Camile Leclerc est capable de lire et écrire de courtes phrases.

Coup d'oeil sur cet article

Le 10 mars 2013, l’épouse de Camile Leclerc est décédée d’un cancer. Un an après son décès, il a décidé d’apprendre à lire et à écrire alors qu’il a 81 ans. Une preuve d’un grand courage et d’une détermination infinie.

M. Leclerc a fréquenté l’école jusqu’à la troisième année du primaire. À l’époque, la main-d’œuvre était importante pour la famille. Il est opérateur de machinerie lourde et pour garder son emploi, ses collègues l’aidaient à lire ou écrire quand il en avait besoin.

Dans sa vie privée, sa femme s’occupait de ses affaires. « Elle faisait tout. Depuis son décès, mes enfants viennent à la maison pour m’aider à mettre de l’ordre dans les documents. Quand j’allais chercher mes courriels, j’avais la misère à les lire », a-t-il raconté.

Il s’est donc débrouillé grâce à ses enfants pendant un an. Récemment, il a décidé d’investir du temps pour devenir autonome. « Maintenant, j’aimerais être capable de m’occuper seul de mes affaires comme aller à la banque, écrire et lire des lettres », a-t-il indiqué.

De la détermination

Le 3 mars, M. Leclerc a commencé à suivre des cours chez Concept Alpha de Rouyn-Noranda qui donne de la formation en lecture, en écriture, en calcul et en informatique de base à la clientèle adulte de Rouyn-Noranda.

Après quatre leçons de deux heures, il est capable de lire et écrire des phrases simples. Son enseignant est impressionné. « Il a de l’initiative et de la volonté. De plus, il est débrouillard et très intelligent », a souligné Marcel Charest, enseignant chez Concept Alpha.

« La semaine passée, je lui ai fait une dictée de petites phrases et il les a écrites sans fautes. Il apprend plus rapidement qu’un enfant. À 81 ans, la mémoire immédiate ne fonctionne pas aussi bien qu’avant 60 ans. Toutefois, à force de répéter, il mémorise facilement », a-t-il poursuivi.

M. Leclerc fait preuve d’une grande motivation. En plus de faire ses devoirs à la maison, il tente de lire tout ce qu’il peut. Dernièrement, il a lu la phrase : Marie va à la cathédrale. « J’ai analysé les lettres pendant une demi-heure pour comprendre la phrase », a-t-il mentionné.

Encourager d’autres personnes

Camile Leclerc souhaite encourager d’autres personnes à apprendre à lire et écrire, peu importe l’âge. Il a d’ailleurs essayé de convaincre un cousin de sa conjointe. « Au lieu de passer des heures dans un centre d’achat à boire du café il vaut mieux prendre un peu de temps chaque jour pour apprendre à lire et écrire. Si sa femme part avant lui, il va voir que ce n’est pas facile », a-t-il conclu.

49% de la population ne sait pas lire

Selon les résultats de l’Enquête internationale sur l’alphabétisation et  les compétences des adultes (EIACA), 49 % des Québécois, âgés de 16 à 65 ans, ont des difficultés de lecture. Parmi ceux-ci, 800 000 adultes sont carrément analphabètes.
Contrairement aux préjugés, les personnes analphabètes viennent des milieux différents et ne sont pas toujours âgées. 10 % sont âgés de 16 à 25 ans, 39 % ont de 26 à 46 ans et 51 % ont de 46 à 65 ans.
L’analphabétisme n’est pas seulement une question de lecture. Il s’agit également de la compréhension des textes suivis. Près d’un Québécois sur deux (âgé de 16 à 65 ans) n’a pas les compétences nécessaires pour utiliser l’information afin de fonctionner pleinement au sein de la société et de l’économie.
La honte
Des analphabètes avouent rarement éprouver des difficultés de lecture et d’écriture. En effet, ils ont honte de cette condition et se croient seuls dans cette situation. De plus, les mots « analphabète » et « illettré » sont péjoratifs dans la société.
« Avant, c’était une honte dans la société donc les gens ont toujours la misère à avouer avoir de la difficulté à lire, écrire ou compter. C’est n’est pas évident et j’espère que l’exemple de Camile Leclerc va donner du courage à certains », a conclu Marcel Charest.

Commentaires