/news/politics
Navigation
Élections

Dejmila Benhabib mord encore la poussière

Coup d'oeil sur cet article

L’écrivaine Djemila Benhabib a encore une fois été défaite hier, à sa deuxième tentative en politique provinciale sous la bannière du Parti québécois (PQ).

Les électeurs du comté lavallois de Mille-Îles lui ont préféré la députée libérale sortante, Francine Charbonneau, qui a obtenu son troisième mandat.

Celle à qui Pauline Marois avait demandé de changer de circonscription compte bien prendre le temps de réfléchir à son avenir politique.

«Je ne sais pas si je vais prendre une pause. J’ai un tas de projets en chantiers auxquels je vais retourner», a fait savoir Mme Benhabib.

En 2012, elle avait perdu par environ 1000 voix, alors qu’elle briguait les suffrages à Trois-Rivières.

«Spontanément, pour moi, ça aurait été encore Trois-Rivières, mais je ne regrette pas d’avoir accepté de venir à Laval», a indiqué la candidate, en mentionnant que la tendance libérale a touché l’ensemble de la province.

Une «Janette»

Djemila Benhabib comptait parmi les plus ardents défenseurs de la Charte des valeurs québécoises.

En octobre dernier, la candidate vedette du PQ a cosigné, avec 19 autres femmes issues des milieux culturel et féministe, une lettre d’appui au projet du ministre Bernard Drainville.

«Je ne pense pas que les Québécois rejettent la Charte. L’appui pour le projet est bien là», a soutenu l’auteure de Ma vie à contre-Coran.

Laval tout rouge

À l’image de Mille-Îles, les cinq autres comtés de la région de Laval ont des députés du Parti libéral du Québec.

«La prochaine fois, il (le PQ) va y penser deux fois avant de mettre un candidat vedette contre moi», a lancé Francine Charbonneau, en parlant d’un parachutage.

Commentaires