/misc
Navigation

Nos auteurs

Nicolas LachanceSteve TremblayStéphane MartineauSteeve MonnièrePierre-Olivier CorbinGabriel Talbot-LachanceFrançois JeanÉtienne RichardDidier OuelletAntoine Corbin

Kinect Sports Rivals : La critique

Coup d'oeil sur cet article

Initialement prévu pour la sortie de la Xbox One puis retardé pour le mois d'avril, Kinect Sports Rivals représente pour la console une première réelle option de jeu purement basée sur Kinect qui n'est pas un jeu de danse ou d'exercice. Nous avons vu plusieurs fois dans les vidéos techniques les améliorations apportées au capteur pour cette nouvelle génération et pour la première fois nous pouvons enfin les voir appliquées dans un titre.

Commençons tout d'abord par la superbe génération de personnages offerte par Kinect Sports Rivals en entrée de jeu. Le titre nous demande ainsi initialement de se positionner devant le capteur pour générer une version virtuelle de nous-même. Le tout commence par un scan corporel rapide, sans qu'on s'en rende vraiment compte, pour se poursuivre avec une prise de photos détaillées du visage. Le résultat est somme toute très impressionnant. J'ai tout d'abord été surpris de voir Kinect me demander de retirer mes lunettes, ayant détecté que j'en portais, pour par la suite en installer sur mon personnage. L'avatar me ressemble réellement, en version caricaturée bien sûr, le concept ajoutant une bonne dynamique au jeu lorsqu'on s'incarne soi-même dans les épreuves. De plus, la ressemblance frappante permet de reconnaître ses amis lors du jeu en ligne. Afin de faire le travail, le jeu utilise pas moins de sept techniques de reconnaissance visuelle pour la forme du visage, la couleur de la peau, le style et la couleur des cheveux, la détection des lunettes, de barbe ou autre pilosité faciale et finalement de la forme du corps.

Le jeu offre par la suite un ensemble de tutoriels pour les différents sports, le tout avec le support d'une trame narrative suffisante et plutôt bien réalisée. Ainsi, on ne nous lance pas au visage toutes les options de sports immédiatement, on nous laisse plutôt découvrir l'île de façon progressive, tout en pouvant aller plus vite au besoin vers les différents sports.

Ces sports sont au nombre de six :  les courses de moto marine, l'escalade, le soccer, le tennis, les quilles et le tir au fusil. Après avoir testé ceux-ci un par un, voici donc mes impressions ainsi que ceux de mes enfants qui ont participé au test.

La moto marine, déjà disponible sur Kinect Sports Preseason depuis le lancement de la console, s'avère être honnêtement une belle surprise. Je n'avais pas du tout aimé l'expérience avec la démo, alors que le résultat final dans le jeu est plutôt réussi. Pourtant, je ne peux dire qu'il s'agisse vraiment de changements techniques, mais l'intégration à l'histoire et son mode plus compétitif donne le goût de courir. L'expérience de contrôle avec les bras et le corps est correcte, au point de me demander si elle a été améliorée entre les deux versions. Le jeu à deux a bien plu aux enfants qui ont fait plusieurs courses avec plaisir.

On ne peut malheureusement pas en dire autant de l'escalade. Qualifiée de très frustrante par les enfants, je ne peux qu'acquiescer à leur évaluation. Malgré la largeur de mon salon, le capteur se plaint toujours qu'un des deux joueurs est difficile à détecter ou trop proche de l'autre, ce qui nuit à l'expérience. Au bout du compte on a l'impression de sauter et de tenter de s'accrocher un peu au hasard, ce qui ne reproduit pas vraiment l'expérience du sport d'escalade.

Je dois vous avouer que le soccer est probablement mon préféré du titre. Agissant à la manière d'un soccer sur table dans lequel vous êtes les personnages, il est plutôt amusant de faire les passes jusqu'au moment fatidique du lancer joueur contre gardien. Comme c'était le cas dans les Kinect Sports précédents, le capteur se prête très bien au rôle de gardien de but, alors que les améliorations techniques permettent de lancer de façon plus réaliste.

Il y plus de sept ans, Nintendo lançait en 2006 sa Wii avec son très réussi Wii Sports qui incluait une recréation amusante de tennis, auquel manquait seulement la notion de déplacement. Eh bien sept ans plus tard, nous retrouvons exactement la même expérience dans Kinect Sports Rivals, mais avec deux lacunes importantes : l'absence de contrôleur dans la main fait perdre la notion de tenir une raquette (je vous le dit, la manette fait une différence) et surtout la détection et la synchronisation requise laissent à désirer. Alors que le service est plutôt réaliste, le renvoi des coups nous laisse sur notre appétit et le résultat semble quelque peu aléatoire. Prenez note par contre que les enfants, moins affectés par le réalisme, apprécient beaucoup le tennis, jusqu'à dire qu'il est leur préféré.

Encore une fois, il est difficile de ne pas faire la comparaison avec Wii Sports, et malheureusement Kinect Sports Rivals perd à nouveau et ce de façon très importante. Les quilles de Wii Sports sont à la limite du réalisme et permettent par exemple à mon père, un excellent joueur de quilles avec quelques vraies parties parfaites à son dossier, de performer réellement mieux qu'un débutant comme moi. Ce n'est pas le cas avec Kinect Sports Rivals: le jeu devient une version d'arcade des quilles et bien qu'il demeure amusant et que les enfants apprécient, comme adulte on n'en retire pas autant de satisfaction.

Le dernier sport est l'excellent tir au fusil, qui dans mon coeur rivalise de près avec le soccer comme mon préféré du jeu. La puissance de détection de Kinect est vraiment représentée ici et on peut ainsi avec notre seule main, comme quand on était enfants, jouer à tirer sur des cibles en duel. Le jeu est amusant, bien exécuté et le réalisme réussi. On croit revenir aux jeux d'arcade d'antan, sans avoir besoin des fusils. D'ailleurs, l'expérience donne plutôt le goût de voir Microsoft tenter quelque chose comme un jeu de tir avec un périphérique, comme Sony l'avait fait pour quelques titres basés sur un fusil et la technologie Move.

En fin de compte, on se retrouve avec un résultat final plutôt mitigé. Quelques sports sont très intéressants, d'autres ne méritent pas vraiment qu'on leur porte une réelle attention. En tant que consommateur, on aurait probablement préféré pouvoir acheter les sports à la carte, sauf qu'en échange on y aurait perdu la trame entourant le jeu. Si vous voulez mettre votre Kinect à l'épreuve en groupe et que la danse n'est pas votre truc, Kinect Sports Rivals demeure pour l'instant l'option numéro un. Le jeu démontre bien la capacité technique du capteur, mais le choix des épreuves aurait pu être plus judicieux en laissant tomber les surfaits tennis et quilles et en les remplaçant par des sports plus adaptés à l'île au centre du thème du jeu.