/news/currentevents
Navigation
Lise Thibault | Dépenses

Funérailles et fêtes privées au frais de l’État

lise thibault
Photo Archives

Coup d'oeil sur cet article

Fête privée pour sa fille Anne-Marie, funérailles de la mère de son gendre à Moncton, 60e anniversaire de Lise Thibault: voilà quelques-unes des «dépenses illicites» ayant attiré l’œil des policiers qui ont mené l’enquête sur les dépenses de l’ex-lieutenante-gouverneure.

Si les choses ont débuté lentement, mercredi, lors de la première journée officielle du procès de la dame de 75 ans pour fraude, les choses se sont accélérées lorsque l’enquêteur principal a pris la parole en fin de matinée.

Il a d’abord expliqué au juge Carol Saint-Cyr que l’enquête a émané d’une demande faite en 2007 par l’ancien ministre Benoît Pelletier à la suite d’un rapport émis par le Vérificateur général du Québec.

«En plus d’une demande faite à la Sûreté du Québec et à la GRC, environ 80 citoyens ont demandé à ce qu’une enquête soit réalisée à la suite de ce rapport», a expliqué Robert Anctil, enquêteur aux crimes économiques de la Sûreté du Québec.

Nombreux documents

Tout d’abord, l’équipe formée d’enquêteurs de la Sûreté du Québec et de la GRC a récupéré sept caisses de documents au cabinet de la lieutenante-gouverneure et 17 caisses au Conseil exécutif.

Le Vérificateur général a également remis à l’équipe d’enquête une copie du protocole en lien avec les dépenses qui peuvent être effectuées par les lieutenants-gouverneurs en poste.

Sur le plan des indemnités, le policier a mentionné qu’à l’époque du règne de Lise Thibault — soit de 1997 à 2007 —, une subvention provinciale était allouée pour les dépenses à l’intérieur de la capitale et qu’un fonds de dépenses fédéral existait aussi pour les débours faits à l’extérieur.

Fonction « officielle »

Selon ce que l’enquêteur a mentionné, si on se fie au protocole des dépenses, à la base, toute dépense doit être liée à une fonction dite officielle.

«Et, pour que ce soit officiel, le lieutenant-gouverneur doit recevoir une invitation, invitation qui devra passer par le cabinet pour être inscrite à l’agenda» a précisé l’enquêteur.

Toutefois, en contre-interrogatoire, l’avocat de Lise Thibault, Me Marc Labelle, a fait dire à l’enquêteur qu’il n’existait «aucune définition» attribuée aux «fonctions officielles».

L’enquête sur
Lise Thibault
Durée de l’enquête: 20 mois
35 boîtes de documents
Répertoriés sur 86 lots numériques
14 200 fichiers
Commentaires