/news/politics
Navigation
Caroline Simard

Caroline Simard n'est pas étonnée d'avoir battu Pauline Marois

Caroline Simard
JEAN-FRANCOIS DESGAGNES/JOURNAL DE QUEBEC/AGENCE QMI Caroline Simard

Coup d'oeil sur cet article

C’est une femme terre-à-terre et sans aucune expérience politique qui a battu Pauline Marois dans Charlevoix-Côte-de-Beaupré. Et contrairement à bien des gens, Caroline Simard n’avait aucun doute sur sa victoire.

«J’étais dans la voiture, en route vers le rassemblement de Québec, lorsqu’un élu m’a appelé pour me féliciter. Je n’ai ni crié, ni pleuré. Je conduisais, alors il fallait que je sois prudente sur la route».

Décidément, la nouvelle députée ne ment pas lorsqu’elle se décrit comme une femme «terre-à-terre» et «simple». À demi-mots, elle avoue être «étonnée» de la réaction des gens face à sa victoire.

«Les gens ont été surpris, parce que personne n’avait pris le temps de regarder ce qui se passait dans Charlevoix-Côte-de-Beaupré pendant la campagne électorale. Moi, dès la mi-campagne, j’avais réalisé que la lutte serait serrée.»

Pas une candidate-poteau

Tout au long de l’entrevue qu’elle a accordé au Journal, Caroline Simard a fait preuve d’un calme olympien, quasiment surprenant pour une nouvelle venue en politique. Sauf lorsqu’on lui demande si le Parti libéral l’a utilisée à prime abord comme une «candidate-poteau».

«Il suffit de regarder mon c.v. pour voir que ce n’est pas le cas! Certaines personnes m’ont dit ça, mais je peux vous dire que je suis habituée de réaliser des mandats. L’analyse de dossier, l’interprétation de rapports, c’est mon job depuis 18 ans», lance celle qui possède sa propre firme de communications.

«J’étais consciente que je me présentais contre la première ministre. Mon objectif était de faire une campagne au meilleur de moi-même. Je ne me présentais pas pour battre pour Pauline Marois, mais pour vivre une expérience», clame-t-elle.

L’absence de Marois et de Blanchet

Caroline Simard affirme avoir «beaucoup de respect» pour Pauline Marois, même si elle avoue du même souffle n’avoir jamais vu ou parlé à l’ex-chef péquiste pendant la campagne.

«Elle ne m’a pas contacté depuis mon élection», dit-elle.

Selon elle, Claude Blanchet, qui devait faire campagne pour sa conjointe dans Charlevoix-Côte-de-Beaupré, a aussi été absent sur le terrain.

«Ni moi, ni mon équipe ne l’avons vu. Ni non plus les entreprises que nous avons visitées pendant la campagne», dit-elle.

Au cours des prochaines semaines, la futur députée promet de se «monter une équipe de terrain» rapidement et affirme qu’elle travaillera en priorité à la stimulation de l’économie pour freiner l’exode des jeunes et favoriser la création d’emplois.

 

Caroline Simard: Qui est-elle?

  • Âge: 39 ans
  • Originaire de Baie-Saint-Paul
  • En couple sans enfants
  • Après un passage à Montréal, puis à Québec chez Cossette, elle a mis sur pied sa propre firme de marketing en 2006, Doxa Focus
  • Membre de la Chambre de commerce et d’industrie de Québec et de la Jeune chambre de commerce de Québec

     

Commentaires