/lifestyle/hangout
Navigation
L’ABC des bonnes manières

Mon épicerie chérie …

Mon épicerie chérie …

Coup d'oeil sur cet article

Faire des provisions d’aliments pour la semaine est une tâche hebdomadaire incontournable d’une durée d’environ une heure. Certains ont l’épicerie heureuse et jouissive, d’autres l’exécutent comme une corvée. La commande téléphonique est possible, mais puisqu’il est conseillé de choisir soi-même ses tomates et ses oranges, allons-y donc!

Faire des provisions d’aliments pour la semaine est une tâche hebdomadaire incontournable d’une durée d’environ une heure. Certains ont l’épicerie heureuse et jouissive, d’autres l’exécutent comme une corvée. La commande téléphonique est possible, mais puisqu’il est conseillé de choisir soi-même ses tomates et ses oranges, allons-y donc!

Couper les cennes en deux. Des enquêtes montrent que l’homme apprécie ce rituel qu’il souhaite pratiquer en couple. Si c’est votre cas, entendez-vous d’abord sur une liste. Cela vous évitera de vous donner en spectacle en discutant de la nécessité d’acheter un produit et, plus généralement, de son prix. Tel le sexe, le coupage de cennes en deux est une activité intime.

Danger en vue. La rage au volant est un comportement attesté dans les épiceries. Attendez d’être de bonne humeur avant de visiter la vôtre. Votre chariot n’est pas un char d’assaut. Manœuvrez-le en douceur. Garez-le sans encombrer l’allée et si vous devez le faire pivoter pour changer de direction, voyez d’abord si la voie est libre. En tout temps, tenez-le à distance d’innocents mollets.

Entre vitesse et réflexion. C’est prouvé, les clients les plus jeunes sont les plus rapides, les plus âgés sont les plus réfléchis. Les premiers dérogent de leur liste d’épicerie, les plus expérimentés s’y réfèrent et ne cèdent pas aux tentations. L’épicerie étant un lieu public où les arrêts sont fréquents, on tient compte de l’impatience de certains et ne s’éternisant devant aucun poste en particulier. Ne tâtez pas tout.

File d’attente. L’impatience est inutile. Feuilletez les magazines à potins où pullulent des artistes qui sont privés du loisir de faire l’épicerie. Ne faites pas une fixation sur le client qui vous précède. Ne perdez pas votre calme s’il paye avec le contenu de sa tirelire, s’il a oublié ses codes, si cette carte n’est pas la bonne, si l’autre carte «ne passe pas non plus» et s’il se perd en explications avant de quitter les lieux sans son épicerie…

Debout, debout et debout! Le bon sens ne s’étant pas exprimé dans tous les secteurs de l’emploi, il est probable que votre caissière (ou caissier) procède à l’enregistrement des prix depuis plusieurs heures déjà. Saluez-la, rendez-lui service en présentant vos achats code-barre tournés vers la caisse. Soyez courtois, lâchez votre téléphone, retirez vos écouteurs. Il n’est absolument pas nécessaire d’avoir l’air bête pour obtenir du service.

- Avec la collaboration de Marie-Diane Faucher

Sur le même sujet
Commentaires