/misc
Navigation
Chasse & pêche

Sculpture sur panache

Samuel Côté
Samuel Côté transforme les panaches d’orignaux en de véritables œuvres d’art appréciables.

Coup d'oeil sur cet article

Un jeune homme de Charlesbourg, arrondissement de Québec, a développé une très belle passion qui risque d’en inspirer plusieurs.

Un jeune homme de Charlesbourg, arrondissement de Québec, a développé une très belle passion qui risque d’en inspirer plusieurs.

Samuel Côté, 17 ans, adore tout ce qui concerne la chasse depuis l’âge de 12 ans. Issu d’une famille qui ne s’est jamais intéressée à cette activité, ce sont plutôt des amis et de la parenté qui lui en ont appris les rudiments.

Celui qui a déjà deux orignaux à son actif a toujours aimé faire des dessins à main levée. Il s’amusait aussi à reproduire des images, surtout d’animaux et de scènes fauniques. Il s’est ensuite adonné à la pyrogravure sur bois. Il a alors réalisé plusieurs plaques d’ornement pour des bêtes naturalisées, ainsi que des trophées.

Nouvelle passion

En juin dernier, après avoir vu un panache sculpté par un artiste amérindien sur internet, il a eu un coup de foudre instantané. Il a, par la suite, fait des recherches afin d’en apprendre davantage.

Quelques semaines plus tard, il a acheté un outil rotatif, mieux connu sous le nom de Dremel, et plusieurs mèches, râpes, fraises, lames et autres accessoires. Son père a eu la gentillesse de lui prêter sa scie sauteuse et sa perceuse pour qu’il complète son assortiment.

Un ami de la famille qui voyait son engouement lui a généreusement offert trois coiffes d’orignaux afin qu’il puisse s’exercer et parfaire ses connaissances.

En neuf mois, ce jeune artiste a transformé une douzaine de bois qui ornaient la tête de cervidés.

Techniques

Samuel commence par choisir une image. Puis, il la reproduit à la main sur les bois en se servant d’un crayon à la mine.

Il découpe et retire ensuite les portions qui ne feront pas partie de la scène animalière. Puis, cet ado procède au dégrossissage ou, si vous préférez, au retrait des couches supérieures.

Cela lui permettra d’obtenir l’effet souhaité en trois dimensions. Ce type de bois animal a une épaisseur moyenne de 1,75 cm et ce chiffre augmente à 2,5 cm dans la section centrale. Il fignole la silhouette afin de positionner l’angle voulu, tout en conservant la perspective de profondeur et de relief.

Après avoir terminé la forme grossière de l’animal qui sera en vedette, il entreprend de recréer tous les détails qui donneront vie à sa réalisation, comme les poils, les yeux, le panache, le décor, l’environnement, etc.

À ce point, selon la complexité de la création, il aura travaillé près d’une cinquantaine d’heures.

Carnet de commandes

Les gens qui souhaitent une telle œuvre d’art demandent à cet artiste, qui se perfectionne de jour en jour, de reproduire une scène mémorable ou tout simplement une image qui leur plaît.

Un chasseur doit s’attendre à débourser de 350 $ à plus de 1000 $, en fonction des détails exigés.

Il est possible de voir l’ensemble de ses réalisations sur sa page www.facebook.com/sculpturesurpanache ou d’obtenir de plus amples renseignements en composant le 418 627-7475.

 

Commentaires