/news/health
Navigation
Santé

Des mères forcées de subir une césarienne

Des femmes déplorent que leur médecin ne leur ait pas expliqué les options

AVAC-Info
Photo Le Journal de Montréal, Héloïse Archambault L’organisme AVAC-Info aide les femmes qui ont de la difficulté à accepter leur césarienne, et qui ont l’impression qu’on leur a imposé la chirurgie. Sur la photo, Célyne Perreault (à droite) et Valérie Milot, qui a dû se battre pour accoucher naturellement de son fils Benjamin.

Coup d'oeil sur cet article

Plusieurs femmes estiment que leur médecin les a obligées à subir une césarienne, sans leur avoir pleinement expliqué les autres options à la chirurgie.

«On m’a forcée à accepter la césarienne sans savoir tous les impacts, affirme Valérie Milot, à propos de son premier accouchement. Mais je faisais confiance aveuglément aux médecins! Jamais je n’aurais pensé que j’avais d’autres options.»

Mauvaise expérience

Hier, Le Journal révélait que les taux de césariennes sont toujours en hausse. Créé en 2009, l’organisme AVAC-Info (accouchement vaginal après césarienne) aide entre autres les femmes qui se questionnent au sujet de leur accouchement.

L’association compte parmi ses membres beaucoup de mères qui disent avoir été contraintes d’avoir une césarienne.

«J’ai toujours le sentiment que j’aurais pu accoucher naturellement, que j’aurais été capable, confie une mère, qui préfère garder l’anonymat. Mais on ne m’a pas donné le temps.»

Ce genre de témoignage est fréquent à AVAC-Info, qui reçoit entre 75 et 100 appels par année. Évidemment, l’organisme n’est pas contre la césarienne. Or, on croit que beaucoup de ces chirurgies sont évitables.

Désarroi et incompréhension

«Beaucoup de femmes vivent un désarroi et une incompréhension par rapport à leur césarienne, dit Audrey Gendron, d’AVAC Info. Et souvent, elles ne savent pas qu’elles pouvaient revendiquer des choses.»

Parmi les options, on note l’essai de différentes positions, de donner du temps, etc.

«Il y a un conditionnement, les médecins inculquent la peur», pense Célyne Perreault, une des fondatrices d’AVAC-Info.

Accompagnante à la naissance, cette dernière déplore les nombreuses interventions médicales dans les hôpitaux, qui mènent souvent à la césarienne.

«Le plus triste, c’est qu’on pense que grâce à la cascade d’interventions, on a sauvé des vies, dit-elle. Mais, à la base, ce n’était peut-être pas nécessaire.»

Se battre enceinte

Pour Valérie Milot, maintenant mère de trois enfants, ses deux derniers accouchements ont été un véritable combat pour accoucher naturellement.

«À chaque rendez-vous chez le médecin, on me remettait en question, se rappelle-t-elle. Je sortais du bureau en pleurant chaque fois. Mais j’ai tenu mon bout.»

Finalement, elle a pu accoucher naturellement pour ses deux derniers enfants.

«Mais si je ne m’étais pas battue, c’est sûr que j’aurais eu des césariennes», croit-elle.

D’ailleurs, un des buts d’AVAC-Info est de conscientiser les femmes à leurs droits durant l’accouchement.

Sur le même sujet
Commentaires
Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.