/finance
Navigation
Industrie du cinéma

Famille Brochu : faire du cinéma autrement

L’entreprise A&R Brochu compte aussi à son actif les décors de la super-production Maison-Blanche en péril.
Photo Courtoisie Sony Pictures L’entreprise A&R Brochu compte aussi à son actif les décors de la super-production Maison-Blanche en péril.

Coup d'oeil sur cet article

Ils sont habitués à être dans l’ombre, ils cherchent même à faire partie du décor. En fait, ils ont conçu des centaines de murs et plateformes qui imitent le réel. Chez les Brochu, la fabrication de décors de cinéma, c’est une affaire de famille. Un métier tellement ancré dans leur mode de vie qu’il se passe de génération en génération.

Et pourtant, il en a fallu de peu pour que leur existence soit toute autre. André, le père de la dynastie, menuisier de profession, est devenu un pionnier du cinéma québécois et américain grâce aux bienfaits du hasard.

À la fin des années 1960, alors qu’il travaillait à Saint-Lambert, André Brochu a porté assistance à un automobiliste. C’est au fil d’une conversation, pendant qu’il le ramenait chez lui, que son compagnon d’infortune lui a parlé de son travail aux Productions du Verseau, dirigées par Guy Fournier.

«Il lui a proposé de fabriquer des décors pour une publicité», raconte Michel Brochu, l’un des trois fils de la famille qui signe des contrats avec des majors américains et des producteurs québécois.

Au fil des années 1970, André est devenu l’un des premiers techniciens à lancer l’industrie québécoise du cinéma. Il a réalisé les décors du film culte Deux femmes en or, réalisé par Claude Fournier, le frère de Guy. Puis, il a collaboré à tous les films de Gilles Carle.

Mais le métier étant instable, la rénovation comblait les semaines sans cinéma. C’est au fil d’un contrat de rénovation chez la comédienne Geneviève Bujold qu’il a fait la connaissance du réalisateur Paul Almond qui l’a présenté à des producteurs américains.

Du Québec à Los Angeles

«C’est là que tout a vraiment commencé», reconnaît Michel Brochu.

En 1985, Réjean, le fils aîné, vient en renfort à son père et crée avec lui l’entreprise A&R Brochu. Michel, Alain et Johanne s’y ajoutent, de même que leur mère Annette Pouliot et maintenant les petits-enfants François et Ann.

Réputée pour son savoir-faire sur les grandes productions comme les tournages à très petit budget, l’entreprise reçoit des dizaines d’appels de réalisateurs et de designers qui leur commandent des ambiances d’exception.

Elle compte à son actif, notamment, les décors de la super-production Maison-Blanche en péril, tournée en 2013. Ils ont aussi bâti un village dans une forêt, une salle de bal et la cuisine du château pour le film Blanche-neige et le chasseur en 2011.

«Près de 95% de notre marché est américain. Nous avons la réputation d’être des créatifs qui peuvent agencer les idées aux matériaux, tout en assurant la sécurité des acteurs et des techniciens», poursuit le chargé de projet.

Après le cinéma

La réputation de A&R Brochu dépasse largement les frontières du cinéma. C’est elle qui a refait les décors du Cosmodôme de Laval et de l’exposition Star Wars au Centre des sciences de Montréal, tout en continuant à rénover les résidences des acteurs.

«Nous tenons à avoir plusieurs branches à notre actif. Cela nous permet de faire travailler nos employés entre deux tournages», dit Michel Brochu.

Profil

Les entreprises A&R Brochu

Domaine d’affaires : confection et installation de décors de cinéma

Basée à : Saint-Bruno

Nombre d’employés : entre 30 et 250, selon les productions

Actionnaires : André Brochu et Réjean Brochu

Chiffre d’affaires : 10M$/an

Commentaires