/sports/others
Navigation
Ennuis de santé

David Boily renoue avec le cyclisme

David Boily
PHOTO ROGER GAGNON / AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

Après avoir dû composer avec des problèmes respiratoires qui ont mis fin prématurément à sa dernière saison, le cycliste David Boily n’a pas fait une croix sur le cyclisme. C’est comme coureur indépendant qu’il compte reprendre son souffle, une course à la fois, cette saison.

Boily aura déjà connu des étés plus chargés sur son vélo, mais ce léger recul devenait nécessaire pour savoir s’il pourra mieux faire deux pas en avant dans les années à venir.

Le cycliste, qui aura 24 ans sous peu, devait négocier depuis quel­ques années avec un coriace rival qui le talonnait de l’intérieur.

Des crampes l’empêchaient de respirer correctement. Une rééducation complète du système respiratoire et des muscles stabilisateurs est devenue nécessaire, après plusieurs années à chercher la cause du problème, qui trouve son origine dans les nombreuses chutes subies dans son passé de patineur artistique.

«Je savais que je ressentais toutes sortes de crampes, mais, souvent, durant les courses, la douleur était minime. Sauf que l’an dernier, c’est devenu insupportable et j’ai été obligé d’arrêter. J’essayais de pousser mes limites, mais j’étais incapable d’atteindre mes objectifs de performance», a-t-il confié.

Pas d’équipe

Après trois saisons avec l’équipe canadienne SpiderTech, Boily avait été recruté par la formation italienne Amore & Vita, mais déjà en juillet, sa saison déraillait.

Occupé depuis par un emploi à temps plein en restauration, celui qui avait terminé deuxième au Tour de l’Avenir en 2011 et troisième au Tour de l’Abitibi en 2008 demeure confiant de gravir le col qui se dresse devant lui.

«Je suis encore en processus de réhabilitation, mais je commence à sentir une belle progression et c’est pourquoi je reviens comme indépendant. Je ne voulais pas vivre la pression d’être associé à une équipe dans mon état actuel», a-t-il souligné.

Retour à la base

Pour l’instant, le calendrier de Boily n’est pas entièrement dessiné. Il sera présent sur le circuit provincial et il a d’ailleurs commencé la semaine dernière, au Grand Prix de Contrecœur.

Sinon, il aimerait prendre part à une poignée de courses aux États-Unis et dénicher une équipe prête à l’accueillir pour des épreuves québécoises comme le Tour de Beauce et le Grand Prix de Saguenay.

«Il faut juste doser les énergies et avoir une appro­che plus conservatrice. Je n’ai pas touché à un vélo pendant huit mois, donc j’essaie de ne pas trop regarder à long terme. Je n’ai pas d’objectif de performance. Juste de me retrouver de nouveau sur un vélo me plaît.»

Commentaires
Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.