/news/currentevents
Navigation
Vol de bottes

Qui a volé les bottes au cabinet du chiro?

Une vidéo de surveillance n’a pas permis d’identifier le suspect hors de tout doute raisonnable

Coup d'oeil sur cet article

Bien que plusieurs intervenants étaient convaincus de savoir qui avait volé des bottes dans l’entrée d’un cabinet de chiro, la preuve n’a pas convaincu le juge. Résultat, l’accusé a été acquitté!

La rocambolesque affaire a eu lieu le 5 mars 2012, à la Clinique de physiothérapie de Saint-Jérôme, sur la rue Laviolette.

Cette journée-là, un homme entre à la clinique et demande à appeler un taxi pour se rendre à la prison de Saint-Jérôme.

C’est la psychothérapeute Dominique Robert qui passe l’appel, avant de retourner dans la salle de traitements, laissant l’homme seul dans la salle d’attente.

Lorsqu’elle en ressort, l’homme n’y est plus et un chauffeur de taxi est toujours en attente. De plus, ses bottes et celles de deux patientes ont disparu.

Bandes vidéo

Sur les bandes vidéo de la caméra de surveillance, on voit clairement le voleur regarder les bottes, en choisir trois paires et les dissimuler dans un sac de plastique.

Appelé sur place, le policier Jonathan Blais communique avec la prison pour connaître le nom des personnes qui sont entrées à la prison cette journée-là. Il en obtient deux.

Il est convaincu, en observant la fiche signalétique d’un des deux hommes fournie par la prison, que l’un d’eux ressemble au voleur sur la vidéo: Daniel Langlois.

Il obtient son adresse et procède à son arrestation.

Langlois a été accusé de vols de bottes totalisant plus de 600$.

À son procès, tenu devant le juge Jacques Laverdure de la cour municipale, seul le policier était certain que l’accusé était l’homme de la bande vidéo.

Les témoins n’ont pas tous été en mesure de confirmer que l’accusé était bien celui vu à la clinique ou sur la bande vidéo.

Conséquence: le juge n’a pas été convaincu hors de tout doute que le voleur était M. Langlois.

Il a donc acquitté l’accusé.

 

 

 

Commentaires