/news/currentevents
Navigation
Charte des valeurs

Charte des valeurs: Un pro-charte condamné pour avoir menacé Adil Charkaoui et des opposants à la charte des valeurs

Il s’est attaqué à un militant d’organisme anti-islamophobe

Eric Daoust
Chantal Poirier / Le Journal de Montréal / Agence QMI René Daoust

Coup d'oeil sur cet article

Un farouche partisan de la charte des valeurs avait poussé trop loin son militantisme, ce qui lui a finalement valu un casier criminel pour menaces. Il ne regrette rien, toutefois.

«Tes heures sont comptées, sale terroriste», avait écrit sur Facebook René Daoust en septembre 2013.

Le message s’adressait à Adil Charkaoui, porte-parole du Collectif québécois contre l’islamophobie.

Daoust, 47 ans, en avait même remis le mois suivant, en prévenant des manifestants anti-charte de «faire attention aux snipers», car «des gens viendraient armés».

Ces déclarations lui ont valu des accusations de menaces, auxquelles il a plaidé coupable il y a une dizaine de jours au palais de justice de Montréal.

«L’objectif de monsieur, c’était de faire des pressions politiques», avait expliqué son avocate au juge Jean-Pierre Boyer.

Il s’en est finalement sorti avec une probation d’un an.

Mais loin de regretter son geste, Daoust parle plutôt «d’injustice» dans cette affaire.

«C’est injuste parce que [Charkaoui] trouble la paix et qu’il n’y a aucune accusation contre lui», a dit Daoust au Journal.

L’accusé se défend également d’être raciste, se présentant plutôt comme un «anti-islamiste total».

Pas assez sévère

De son côté, Adil Charkaoui s’est dit déçu de la sentence.

«On voit qu’il n’y a pas de regrets, et il n’a pas eu de peine de prison», a fait savoir M. Charkaoui.

Il ajoute que Daoust aurait tenu de nombreux autres propos haineux sur Facebook, bien que ces derniers n’aient pas été mentionnés lors du plaidoyer de culpabilité de Daoust.

«J’aurais aimé qu’il y ait un procès pour qu’il rende des comptes sur ces menaces», a expliqué M. Charkaoui.

Car selon lui, l’accusé représente un «cas problématique».

«Ça va au-delà des débats civilisés», déplore-t-il.

Commentaires