/news/health
Navigation
Étude

Commotion cérébrale et itinérance seraient liées

Bloc situation itinérance
Photo archives / Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

TORONTO - Un peu plus de la moitié des hommes sans-abris étudiés par les chercheurs de l’hôpital St. Michael et de l’Université de Toronto ont subi au moins une commotion cérébrale dans leur vie.

Pour 87% d’entre eux, ce traumatisme est survenu avant qu’ils ne se retrouvent dans la rue.

En raison du nombre important de sans-abris ayant subi une commotion cérébrale avant de sombrer dans l’itinérance, un lien ou des risques accrus d’éprouver des problèmes de santé mentale, de sombrer dans la toxicomanie et d’avoir une santé physique déficiente semblent se dessiner.

Mme Topolovec-Vranice, professeure assistante à l’Université de Toronto, croit qu’un suivi plus serré s’impose, notamment chez les jeunes qui ont subi ce type de trauma, afin de déceler les changements de comportements ou de santé dans le futur.

Chez les hommes de moins de 40 ans, ces traumatismes ont été principalement causés par des chutes, souvent liées à des abus d’alcool ou de drogue. Chez les plus de 40 ans, les commotions sont les résultantes d’une agression.

Jane Topolovec-Vranice, qui a mené cette étude, estime que les personnes qui travaillent auprès des itinérants, comme les professionnels des établissements de santé, devraient être attentives à ces résultats.

Cette recherche a été menée auprès de 111 itinérants âgés de 27 à 81. Les résultats ont été publiés dans le journal CMAJ Open.

Commentaires