/entertainment/tv
Navigation
Toi & Moi

Héroïne romantique

Coup d'oeil sur cet article

Anick Lemay aime beaucoup les comédies romantiques. Parmi ses préférées, elle cite Pretty Woman, un classique du genre sorti en 1990. «J’étais ado quand c’est sorti. J’avais vraiment capoté. Je voulais devenir une prostituée pour me faire aborder par Richard Gere dans la rue! C’était ridicule! Je me voyais dans la peau de Julia Roberts… Être une pute, pis finir en longue robe rouge dans des soirées mondaines!»

Anick Lemay aime beaucoup les comédies romantiques. Parmi ses préférées, elle cite Pretty Woman, un classique du genre sorti en 1990. «J’étais ado quand c’est sorti. J’avais vraiment capoté. Je voulais devenir une prostituée pour me faire aborder par Richard Gere dans la rue! C’était ridicule! Je me voyais dans la peau de Julia Roberts… Être une pute, pis finir en longue robe rouge dans des soirées mondaines!»

Deux décennies plus tard, Anick Lemay joue à son tour dans une comédie romantique, mais au petit écran. Dans Toi & Moi, elle campe Beth, une divorcée franco-ontarienne de 42 ans, mère de deux adolescents, qui enseigne le français aux membres du Parlement, à Ottawa. Contre toute attente­­, Beth tombe amoureuse de Sébastien, un paysagiste de 25 ans joué par Jean-Philippe Perras. Leur union créera une onde de choc dans son entourage, scandalisant tour à tour son père (Pierre Robitaille), sa sœur (Marie-Hélène Thibault) et son ex-mari (Emmanuel Bilodeau).

«C’est un rôle en or, dit Anick Lemay­­. J’ai travaillé fort pour l’avoir. On a beaucoup discuté du personnage en audition. Pour savoir où aller avec cette fille-là... qui mène une vie rangée, plutôt straight. Mais quand elle rencontre Sébastien, c’est le feu d’artifice! Enfin, elle lâche son fou! Elle assume cet amour. Elle reprend confiance en elle. Elle commence à vouloir combler ses propres désirs avant de penser aux autres.»

Ottawa, mon amour

Écrite par Matt Holland et Margaret McBreart avec la collaboration de Claude Mahier, la série radio-canadienne Toi & Moi a été tournée à Ottawa en septembre et octobre derniers. Contrairement à son partenaire de jeu, Jean-Philippe Perras, qui chaque soir allait jogger en ville, Annick Lemay­­ préférait le confort de son hôtel­­ pour récupérer après de longues journées de travail. Ainsi, la comédienne a décou­vert la capitale nationale entre deux prises, devant les caméras du réalisateur Martin Cadotte (Les chefs, Tranches de vie), qu’elle décrit comme «un ange, un gars de tête».

Ville romantique, Ottawa? «C’est très carte postale, répond Anick Lemay­­. J’ai vu des coins fabuleux. Le canal rideau, main dans la main en patinant par -3 °C… Ça doit être romantique­­.»

La comédienne a fait plusieurs belles rencontres durant le tournage. Elle mentionne notamment les techniciens ontariens, avec qui elle a développé­­ une étonnante complicité. «Avec mon anglais assez moyen et leur français pas mal ordinaire, c’était super! On finissait toujours par communiquer par signes! Ça a créé une chimie vraiment tripante!»

Anick Lemay semble aussi avoir créé des liens solides avec Jean-Philippe­­ Perras. «On s’entend à merveille. C’est facile. Il est extraordinairement con et délicieux. Il est drôle comme un singe. C’est un coup de foudre.»

Après Mauvais Karma

Toi & Moi arrive deux ans après Mauvais Karma, une comédie d’Isabelle Langlois dans laquelle Anick Lemay partageait la vedette avec Hélène­­ Bourgeois-Leclerc et Julie LeBreton. «Je n’avais pas l’impression de jouer dans une comédie dans Mauvais Karma, dit Anick Lemay. J’avais le lead dramatique. Je voyais mes deux autres folles puncher après chaque ligne. Mais moi, je jouais la suicidaire, la chute d’hormones… Je braillais tout le temps! Dans Toi & Moi, je suis entrée dans un univers inconnu. J’ai vraiment eu du fun. Je n’ai jamais joué aussi éclaté... aussi exagéré. Ça fait du bien! Je pète des coches, je pleure, je ris… Martin (Cadotte) m’a vraiment poussée quelque part de nouveau.»


ICI Radio-Canada Télé présente Toi & Moi le jeudi à 19 h 30. Dès le 8 mai.

 
Commentaires