/finance
Navigation
Démolition | Aérogare

Bernard Landry s’active pour sauver Mirabel

QMI_130921104508
Photo Archive / Agence QMI Bernard Landry

Coup d'oeil sur cet article

Le projet de démolition de l’aérogare de Mirabel est loin de plaire à tous. En coulisse, des élus ont créé l’entreprise de gestion Montréal-Mirabel (SOGEMM) où préside un bénévole toutes étoiles, l’ex-premier ministre Bernard Landry.

Le maire de Mirabel Jean Bouchard est très actif dans ce dossier ainsi que des intervenants de la couronne Nord de Montréal qui veulent sauver la bâtisse. Mais d’autres acteurs s’agitent aussi dans l’ombre.

Joint par Argent, l’ex-premier ministre péquiste a confirmé être le président de la société qui a été créée.

«Je suis bénévole, a souligné M. Landry. Il y a aussi plusieurs personnes intéressées par la question. Plusieurs contacts ont été faits avec le gouvernement québécois et le fédéral. On leur fait valoir qu’il existe des alternatives.»

Le plan est de trouver une nouvelle vocation à l’aérogare. On souhaite convertir le complexe en un centre de foires international, qui pourrait notamment accueillir un Salon international de l’aéronautique biennal comme celui du Bourget à Paris.

Le Fonds de FTQ en évaluation du projet

Le Fonds de solidarité de la FTQ, bras financier du syndicat, a aussi été contacté. Difficile encore de savoir quel serait leur rôle dans l’opération de sauvetage, car l’organisation est en train d’évaluer le projet.

«Il n’y a pas de salon majeur en Amérique du Nord. Montréal est le troisième pôle en aéronautique. Est-ce que ce serait viable d’avoir une foire internationale ? Est-ce qu’il y a un besoin ? Nous sommes en train d’évaluer toutes ces options», a indiqué Patrick McQuilken, porte-parole au Fonds de la FTQ.

«Il y a des gens très sérieux qui font des démarches. Nous devrons avoir des études de faisabilité. Nous sommes en recherche d’appuis», a souligné de son côté le maire de Mirabel, Jean Bouchard.

Un projet sera déposé

Questionné sur le projet durant la conférence de presse en marge de l’assemblée annuelle, le président et chef de la direction d’Aéroports de Montréal, James Cherry, a affirmé avoir entendu parler du projet.

«Aucun projet n’a été déposé. On doit tout d’abord le déposer», a-t-il indiqué tout en se disant ouvert à toutes les avenues. «Rien n’est irrévocable», a-t-il souligné.

Bernard Landry a confirmé qu’aucun projet n’a été déposé. «Nous avons encore trois mois pour déposer le projet, a-t-il ajouté. Ça serait fou de démolir sans avoir évalué notre alternative. On espère d’ailleurs que le gouvernement fédéral sera à l’écoute, car ce sont eux qui sont responsables du gâchis de Mirabel. Cela serait une correction pour les erreurs du passé.»

Sur le même sujet
Commentaires
Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.