/finance
Navigation
Aérogare de Mirabel

Michel Nadeau propose un moratoire

QMI_130531140001
JOEL LEMAY/AGENCE QMI Michel Nadeau, directeur général de l’Institut sur la gouvernance d’organisations privées et publiques.

Coup d'oeil sur cet article

La décision d’Aéroports de Montréal (ADM) de démolir l’aérogare de Mirabel est précipitée, estime Michel Nadeau, directeur général de l’Institut sur la gouvernance d’organisations privées et publiques. Récemment, l’Institut a déposé un rapport sur la gouvernance des aéroports canadiens.
 
Question: Que pensez-vous de la décision d’ADM ?
 
Michel Nadeau: Je pense qu’on devrait décréter un moratoire, d’une année ou deux, offrir l’aérogare à la communauté,  si quelqu’un veut payer le 3 millions $ d’entretien. S’il n’y a pas de proposition très claire, ADM va la démolir, mais faut pas jouer au développeur immobilier.
 
Il ya un manque de stratégie, de focus, de cette direction, parce qu’ils n’ont pas de compte à rendre à personne. Quant à Ottawa, ils demandent qu’on leur donne un loyer de 45 millions $, puis ils disent: débrouillez-vous.
 
Q.: Que faut-il faire avec l'aéroport de Montréal ?
 
Michel Nadeau: Je ne blâme pas James Cherry (NDLR: le pdg d’ADM), qui est très dévoué, mais il faut que les Québécois et les Montréalais se réapproprient l’aéroport de Montréal, autrement la facture va arriver, on va avoir de gros problèmes. Le maire de Montréal, M. Coderre, dit qu’il veut des liaisons avec l’Asie, mais si on ne s’en occupe pas… Je crois qu’avec un bassin de population de deux millions, il devrait y avoir un ou deux vols vers l’Asie par semaine. Actuellement, il n’y a plus de croissance, le fret est en perte de vitesse, le vol international ne progresse presque plus et la situation financière commence à être préoccupante.
 
Q.: Trouvez-vous que la formule de gouvernance d’ADM est adéquate?
 
Michel Nadeau: Le conseil d’administration est formé de 15 personnes, et le conseil en nomme 13. Le gouvernement fédéral a deux sièges. Ils s’autoproclament entre eux. Il y a un malaise, parce qu’ils sont coincés financièrement, qu’ils ont investi 1,6 milliard $ et qu’ils n’ont plus d’autres sources de revenus. De plus, Plattsburgh et Burlington leur rentrent dans le corps. Il faut trouver un nouveau modèle.
 
Commentaires