/news/politics
Navigation
Jacques Parizeau

Parizeau invite le PQ à «changer radicalement»

GEN-JACQUES-PARIZEAU
Photo d'archives

Coup d'oeil sur cet article

Un mois après la cuisante défaite de Pauline Marois, Jacques Parizeau invite le PQ à «changer radicalement» pour se consacrer au projet de pays visière levée.

Dans une chronique transmise au Journal, l’ex premier ministre explique que le PQ a devant lui deux voies possibles: soit il incarne «la meilleure opposition possible» aux côtés de la CAQ, soit il joue franc jeu en épousant franchement l’idée d’un Québec indépendant même en campagne électorale.

---> NDRL: le texte complet de la chronique de Jacques Parizeau est ici.

Alors que le PQ amorce samedi à Laval une réflexion à huis clos sur la défaite d’avril, M. Parizeau juge, lui, que «la dégelée infligée au Parti québécois est l’aboutissement d’une stratégie qui remonte loin dans son histoire».

Stratégie perdante

Selon lui, le PQ a pris, surtout au cours des récentes années, la mauvaise habitude de ne parler d’indépendance qu'avec ses propres militants. Souverain le dimanche, il redevenait provincial le lundi...

M. Parizeau soutient que la stratégie péquiste mène forcément à l'échec de l'option souverainiste parce qu'elle «s’appuie sur l’idée que parler ouvertement de souveraineté, d’indépendance ou de référendum, faire perdre des votes et donc nuit à la prise du pouvoir». Le PQ se retrouve piégé. Quant souverainistes, désenchantés, ils filent chez Option nationale ou Québec solidaire. C'est ce qui s'est passé en avril.

«La souveraineté du Québec devient alors une sorte de drapeau que l’on agite de temps à autre devant les militants de façon à les garder en appétit et dans les rangs. Bien des souverainistes ont refusé cette espèce de supercherie», écrit M. Parizeau en évitant de nommer les leaders péquistes visés.

On peut toutefois identifier tous ceux qui lui ont succédé, tous, à divers degrés, partisans des «conditions gagnantes», préalables et associées à toute initiative: Lucien Bouchard, Bernard Landry, André Boisclair et Pauline Marois.

«Accident de parcours»

Selon l’ex premier ministre, le PQ doit profiter des circonstances actuelles pour assumer ses erreurs et tirer les conclusions qui s’imposent. Mais il ne doit pas considérer les résultats du 7 avril comme un «accident de parcours, le fruit d’une mauvaise stratégie électorale et continuer de penser que de s’engager clairement à réaliser la souveraineté du Québec n’est pas payant politiquement».

Jacques Parizeau estime que le PQ est capable de «retrouver sa raison d’être, son objectif» de faire du Québec un état indépendant. «Ce ne serait pas irréaliste», écrit-il.

L'ex premier ministre note que la formation de Pauline Marois a obtenu 25 % des suffrages le 7 avril alors qu’un sondage fait quelques jours plus tôt donnait 41% au Oui. Il y a donc éparpillement du vote souverainiste.

«En tout état de cause, conclut-il, le Parti Québécois devra se transformer radicalement».

Pays à refaire

Parce que, depuis la défaite référendaire de 1995, le Québec a changé. Le projet de pays aussi.

«Le pays à construite sera différent de celui auquel on aspirait, il y a vingt ou trente ans et le parcours pour y arriver ne sera probablement pas le même non plus», rappelle l’ancien PM.

Que les péquistes se le tiennent pour dit : les années qui viennent seront longues et difficiles. À la hauteur du défi à relever. Mais rien ne presse. Il est temps de réfléchir, recommande le vénérable militant, surtout que le PQ en a pour des années avant de reprendre le haut du pavé.

«La campagne à la chefferie devrait nous donner une bonne indication quant à la voie qui sera choisie», espère M. Parizeau.

Commentaires