/sports/hockey/canadien
Navigation
Canadien | Subban

Subban reçoit beaucoup d’appuis

Le défenseur du Canadien a été victime de racisme sur Twitter à la suite de son but gagnant

Coup d'oeil sur cet article

Photo AFP
Le défenseur du Canadien P.K.Subban a été la cible de commentaires racistes sur les réseaux sociaux.

NEW YORK | Les propos racistes tenus par les partisans des Bruins envers le défenseur du Canadien P.K. Subban ont provoqué de vives réactions sur les réseaux sociaux.

«Depuis jeudi soir, 22 000 tweets ont été émis avec le mot-clic "#nigger" et 67 000 tweets avec le mot-clic #PK Subban», précise Ève Couture, directrice d'Influence Communication.

«La bonne nouvelle là-dedans c'est qu'environ 90 % de ces tweets n'étaient pas racistes, mais plutôt des gens qui défendaient Subban», dit-elle.

«La triste réalité, c'est que le racisme est encore bien vivant aux États-Unis. La différence, c'est que les gens ont aujourd'hui une plate-forme comme Twitter pour l'exprimer», a dit Derek Turner, porte-parole de la National Association for the Advancement of Colored People (NAACP) aux États-Unis.

Le nombre de tweets racistes était si grand après le but vainqueur de PK Subban que le mot “nigger” s'est retrouvé dans les tendances de Twitter, jeudi soir, dans la région de Boston.

Aux États-Unis, ce mot est tabou, c'est l'insulte suprême. «Le mot “nigger” est la pire épithète raciale de la langue anglaise. C'est un mot lié à l'époque de l'esclavage. C'est le mot le plus raciste», explique M. Turner.

Honte

Le maire de Boston, Marty Walsh, était visiblement irrité par les commentaires de ces partisans. «C'est une honte. Ces commentaires racistes ne sont pas représentatifs de Boston et ne reflètent pas les fans des Bruins. Je l'ai déjà dit, le meilleur hockey au monde se passe quand les Bruins et les Canadiens jouent les uns contre les autres. Il n'y a pas de place pour ce genre d'ignorance ici.»

«Le maire Coderre et moi avons fait un pari amical sur les séries et nous avons conclu la conversation en nous souhaitant la meilleure des chances. J'espère que les fans des deux côtés suivront cet exemple», a ajouté M. Walsh.

Plusieurs journalistes de Boston ont aussi défendu leur ville. «En tant que fans des Bruins, nous devons revenir au modèle de tolérance que nous étions quand nous avons fait patiner Willie O'Ree, le premier joueur noir de la LNH, en 1958. Nous devons blâmer avec véhémence ces personnes et la réputation infâme qu'ils nous font», a écrit le journaliste de Boston.com, Jerard Fagerberg.

Le mot de la fin revient à Nicolas Boisvert qui a écrit sur son compte Twitter: «Pour les quelques fans de Boston bornés, sachez que Subban n'est pas noir ou blanc. Subban est rouge, blanc et bleu».

 

Quand le racisme ternit le sport
P. K. Subban n’est pas le premier joueur professionnel à être victime de racisme. Les exemples sont nombreux un peu partout dans le monde et dans tous les sports confondus.
Avril 2014: Dani Alves et sa banane
Le défenseur du FC Barcelone d’origine brésilienne a reçu une banane sur le terrain en plein match. Le joueur a tourné l’affaire au ridicule en mangeant la banane. Son geste a créé une vague de soutien baptisée «Nous sommes tous des singes», où des sportifs et politiciens l'ont imité.
Avril 2014: Propos racistes de Sterling
La diffusion des propos racistes contre les Afro-Américains tenus par le propriétaire des Clippers de Los Angeles, Donald Sterling, a mis la NBA dans l’eau chaude. Des commanditaires s’étaient retirés et les joueurs de l’équipe avaient menacé de boycotter un match. Sterling est banni à vie de la NBA, en plus de devoir payer une amende de 2,5 millions.
Janvier 2014: Sherman malmené sur Twitter
Après la rencontre qui confirmait la place des Seahawks au Superbowl, le cornerback Richard Sherman a ­­­­­été provocateur envers le receveur Michael Crabtree des 49ers. Les propos racistes et les critiques avaient afflué sur Twitter.
Avril 2012: Fans des Bruins contre Joel Ward
Les fans de Boston se sont aussi déchaînés sur les réseaux sociaux contre Joel Ward des Capitals de Washington. Le joueur noir avait compté le but gagnant en prolongation provoquant l’élimination des Bruins lors du septième match de la série.
Septembre 2011: Une banane pour Wayne Simmonds
Lors d’un match préparatoire se déroulant à London en Ontario, l’attaquant noir Wayne Simmonds a reçu une banane sur la glace alors qu’il s’apprêtait à lancer en tirs de barrage.
Mai 2002: Et même à Montréal
Le gardien des Hurricanes, Kevin Weekes, s’est fait lancer une pelure de banane sur la glace alors que le Canadien venait de remporter le troisième match de la série.
Commentaires